11 avril 2011 – 11 avril 2015 : arrestation de Laurent Gbagbo avec sa famille

4

Demain, cela fera 4 ans jour pour jour que Laurent Gbagbo et sa famille avaient été arrêtés, humiliés, déshumanisés sous l’ordre de l’ancien président Français Nicolas Sarkozy.

Ce fut une atteinte grave à la valeur humaine et une ingérence inacceptable de la France dans les affaires politiques de la Côte d’Ivoire. C’est une violation grave du droit international que condamne le français Me Gilbert Collard. D’après lui, la France n’avait pas reçu de l’ONU un mandat d’arrêter Laurent Gbagbo.

Publicité

Il affirme à cet effet : « Arrêtons l’hypocrisie, les forces françaises ont délibérément fourni les moyens de son arrestation, c’est une infraction au regard du droit international ».

C’est au regard de cette injustice à l’endroit de Laurent Gbagbo que Me Jacques Vergès, Me Roland Dumas, Me Gilbert Collard, associés aux avocats Africains Me François Epoma et Me Habiba Touré, ont décidé de constituer un collectif d’avocats afin d’assurer la défense de Laurent Gbagbo, ainsi que des autres membres de sa famille.

Après le pilonnage intensif mené par les forces françaises, Laurent Gbagbo avait été violemment délogé pour que sa place soit cédée à Alassane Ouattara, l’actuel président de la Côte d’ivoire.

La justice sera t-elle rendue un jour? il y a très peu d’espoir au regard des rapports de force. Même si Laurent Gbagbo n’avait pas gagné les élections face à Alassane Ouattara, méritait-il un tel traitement ?




Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

4 commentaires

  1. Lionel Dj. sur

    Il mérite pire que ça au Nom de toutes ces victimes engendrées, Dans la politique, vous êtes capable de transformer le Noir en Blanc. Mais Dieu distingue tout. Vous parlez de brutalité, ceux qui ont eu des parents et proches innocents calcinés, egorgés, torturés n’avaient – il pas de droit ?

  2. Attention ⚠ a vous journaliste d’Africeb. Vérifier l’authenticité de vos image. La deuxième image de gauche a droite est un montage.

Laissez une réponse