Afrique : Voici 16 constats qui reviennent régulièrement à chaque élection sous les régimes dictatoriaux

0

Les élections en Afrique sont sujettes à des violences malgré la présence de plusieurs observateurs internationaux pour surveiller le scrutin et juger de sa crédibilité. Entre le parti au pouvoir et l’opposition, règne un climat de suspicion incroyable. Le leader de l’opposition ne croit pas en la sincérité du scrutin et le président tente de rassurer en s’appuyant sur la neutralité de la commission électorale, même si celle-ci est sous sa coupole.

Publicité

Voici 16 points communs aux pays africains, qui sont régulièrement constatés lors des votes :

Publicité
  1. Les candidats se proclament déjà vainqueurs avant même le vote
  2. Les membres du gouvernement sèment le trouble en intimidant certains chefs de bureau de vote
  3. Dans certains pays les forces de l’ordre se permettent de voter à plusieurs reprises dans différents bureaux de vote
  1. Les forces de l’ordre sont visibles partout dans les rues le jour de l’élection
  2. Le leader de l’opposition est un ancien ministre
  3. Le président sortant impopulaire promet désormais plus d’ouverture et le redressement économique
  4. Le président sortant et l’opposition crie chacun au bourrage d’urne et à la fraude avant la fin du scrutin
  5. La nouvelle mode est que le deuxième tour est évité quel que soit la pluralité des candidats
  6. Le nombre de votants dépasse le nombre d’inscrits dans certaines circonscriptions
  7. La télévision nationale favorise le parti au pouvoir en diffusant des documentaires et des clips vantant le président sortant le jour de l’élection
  8. Souvent le gouvernement fait bloquer l’Internet et les SMS pendant l’élection
  9. La commission électorale travaille en complicité avec le parti au pouvoir car composée de proches du président sortant
  10. L’annonce des résultats est repoussée souvent de quelques jours
  11. Plusieurs résultats donnés ne sont pas conformes aux Procès-verbaux
  12. L’ONU rapporte «quelques irrégularités» dans le processus jugée démocratique, mais les qualifie de mineures ne pouvant point entacher la crédibilité du scrutin
  13. La Communauté internationale dit ne pas s’impliquer dans les affaires internes du pays même quand les droits sont brimés par les forces de l’ordre

Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

Laissez une réponse

---
!-- Quantcast Tag -->