Algérie: pour lutter contre l’interdiction des jupes courtes, voici ce que les jeunes filles ont décidé de faire

2

Une étudiante algérienne s’est vu refuser l’entrée à un examen, début mai, parce qu’elle portait une jupe au-dessus du genou. La polémique a donné naissance à un mouvement de protestation sur la toile, où de nombreux Algériens postent des photos de leurs jambes nues.

Une affaire de « jupe trop courte » a poussé les Algériennes à défendre leurs droits et leurs libertés sur les réseaux sociaux. Elles ont choisi de montrer leurs jambes afin de rappeler que la dignité ne se définissait pas à travers la longueur d’un vêtement.

Publicité

Le 9 mai dernier, une étudiante endroit a été empêchée de passer le concours d’avocats à la faculté de Saïd Hamdine, à Alger, parce qu’elle portait une jupe jugée « indécente » par un des surveillants.

« Pourtant la robe m’arrive aux genoux et n’est pas moulante, je ne comprends pas sa réaction » a témoigné la jeune femme, qui a souhaité rester anonyme, dans les colonnes de TSA Algérie.

La polémique a donné naissance à un mouvement de protestation sur la toile, où de nombreux Algériens postent des photos de leurs jambes nues

Publicité

Pour éviter que ce genre d’incident ne tombe dans l’oubli, de nombreux internautes, hommes et femmes, ont posté des photos de leurs jambes sur les réseaux sociaux.

La réalisatrice Sofia Djama a même créé une page Facebook, judicieusement intitulée « Ma dignité n’est pas dans la longueur de ma jupe », en signe d’indignation et de solidarité.




Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

2 commentaires

  1. tout ce que dieu a cree de plus precieux est cache par ex le diamant,l or,les perle et j en passe mais tout ca ne depasse le corps humain et surtout celui d une femme demoinsele cache votre precieux corps

Laissez une réponse