Sénégal: après la publication de ses photos nues sur les réseaux sociaux, Lika Dioum réagit!

1

Finalement, Lika Dioum brise le silence et s’exprime pour une première fois après la publication de ses photos nues sur les réseaux sociaux, il y a quelques jours.

La victime avait vu ses photos nues publiées sur les réseaux sociaux par Nadège et Liliane. A la suite d’une enquête menée par les responsables de la plate forme de lutte contre la cybercriminalité, il a été découvert que c’était bel et bien les deux dames qui étaient à la base.

Publicité
 

Aujourd’hui, Lika Dioum a décidé de donner son avis dans cette affaire pour une première fois. « J’ai été touchée, mais ces photos ne peuvent pas m’empêcher de vivre », a-t-elle fait savoir, avant de poursuivre « J’accorde le pardon à Nadège et à Liliane. Je ne leur en tiens pas rigueur. Je suis avant tout une bonne croyante, une musulmane. J’ai vu mes clichés par le biais d’une amie qui me les a envoyés. Ça m’a profondément choquée et j’ai décidé de porter l’affaire devant la justice. »

Toutefois, la victime assure ignorer les conditions dans lesquelles ses photos se sont retrouvées sur la place publique. « Honnêtement, je ne sais pas quand ni comment les photos ont été prises », jure-t-elle.

Par la suite, Lika Dioum a porté plainte contre X. Ce qui a conduit à mettre la main sur Nadège et une certaine Liliane, à la suite des enquêtes menées par la police spécialisée dans la cybercriminalité. Les deux accusées ont été mises aux arrêts. Elles sont accusées de diffusion d’images à caractère p*rnographique. Dans les prochains jours, elles répondront de leur acte devant les autorités compétentes.

Publicité

D’après la loi, Nadège et sa copine risquent une peine allant de 1 à 7 ans . En effet, l’article 431-30 de la loi sur la cybercriminalité stipule que « Quiconque aura recueilli, à l’occasion de leur enregistrement, de leur classement, de leur transmission ou d’une autre forme de traitement, des données à caractère personnel dont la divulgation aurait pour effet de porter atteinte à la considération de l’intéressé ou à l’intimité de sa vie privée, porté, sans autorisation de l’intéressé, ces données à la connaissance d’un tiers qui n’a pas qualité pour les recevoir, sera puni d’un emprisonnement d’un (1) an à sept (7) ans et d’une amende de 500.000 francs à 10.000.000 francs ou de l’une de ces deux peines seulement« .

(Visited 5 272 times, 8 visits today)



Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

Un commentaire

Laissez une réponse