Euthanasie: elle arrête les médecins qui allaient la débrancher en bougeant son orteil

0

C’est une histoire qui risque désormais de faire reflechir deux fois ceux qui doivent prendre la plus terrible des décisions: débrancher un proche dans le coma des machines qui lui permettent  le garder en vie ou de respirer, sans savoir s’il se réveillera un jour.

Publicité
 
Dans le coma après un terrible accident de voiture, une jeune Britannique de 22 ans a arrêté les médecins qui allaient la débrancher en bougeant un orteil. Le corps médical avait conseillé aux parents de Sam Hemming d’arrêter les frais, après 19 jours sans réaction et de gros dommages au cerveau. Ses proches s’étaient donc préparés au pire et au moment de stopper les machines,

« Sam est revenue d’entre les morts ».

Sa maman, Carol, explique au Daily Mail:

« Les médecins ont coupé les machines. Ils font généralement trois tentatives pour voir si le patient peut respirer par lui-même avant de le laisser partir pour de bon. Au dernier essai, Sam a bougé le gros orteil. Ce qui prouvait qui lui restait une certaine fonction cérébrale. C’était incroyable. Si elle n’avait pas remué son orteil, elle ne serait pas là aujourd’hui. »

Sam a pu respirer seule grâce à une trachéotomie, raconte le Daily Mail raconte . Une partie du cerveau de la jeune fille a été détruit . Toutefois l’autre partie a pris le dessus. Elle a défié tous les pronostics et a été en mesure de parler à nouveau et de réapprendre à marcher.

Publicité

Sam explique ne pas se souvenir de l’accident.

« Je sais que je rentrais chez moi, c’est tout. Quand je vois les photos de moi dans le coma, c’est irréel. Et quand j’entends que mon orteil m’a sauvée, c’est incroyable. Je peux marcher un petit peu et je m’aide avec un déambulateur et un fauteuil roulant quand je suis trop faible. Je parle correctement mais je veux aller mieux maintenant. Avant l’accident, je voulais être avocate. Mon ambition n’a pas changé. »

(Visited 765 times, 1 visits today)



Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

Laissez une réponse