Attentats de Grand Bassam: 4 présumés complices arrêtés, le cerveau toujours en fuite

1

Depuis le 13 Mars 2016, date à laquelle la Côte d’ivoire a été frappé par un attentat revendiqué par AQMI, http://afrikmag.com/attaque-de-grand-bassam-6-terroristes-neutralises-bilan-lourd/, les autorités ivoiriennes ont promis de tout mettre en oeuvre pour faire avancer les enquêtes. Le ministre de l’Intérieur Hamed Bakayoko avait affirmé que les téléphones portables des terroristes avaient pu être saisis et que cela permettrait de retracer facilement les complices. Depuis lors les choses semblent bien avancer.

Dans la nuit de samedi à dimanche, les Forces de Sécurité Ivoiriennes ont mis aux arrêts quatre complices présumés qui étaient les tuteurs des terroristes qui ont ôté la vie à 19 personnes dont dont 11 Ivoiriens, un Nigérian, un Allemande, quatre Français, un Macédonienne, un Libanais.

Ils sont trois maliens originaires de Mopti et un ivoirien qui, selon les autorités policières, auraient hébergé les terroristes avant leur opération de Grand Bassam. Ils ont été mis aux arrêts dans le quartier populaire d’Adjouffou (Port Bouet) et à Angré (Cocody).

Publicité

C’est le téléphone d’un des terroristes, qui a permis aux enquêteurs de remonter jusqu’aux individus mis aux arrêts. Parmi les derniers numéros utilisés figure celui de l’un des hommes arrêtés. Ce dernier dit connaître le cerveau de l’attaque de Grand-Bassam originaire du Mali. Cependant il soutient qu’il ignorait ce que ce dernier venait faire en Côte d’Ivoire.Selon la source, le cerveau de cette attaque de Grand-Bassam serait en fuite depuis mercredi au Mali.

Même commanditaire de l’attaque de Ouagadougou

Selon une source sécuritaire, le cerveau a sa famille en Côte d’ivoire, il est est également celui qui a   orchestré l’attaque de Ouagadougou en janvier dernier. C’est à bord d’un véhicule 4X4 de couleur kaki qu’il serait venu sur les bords de la lagune Ebrié. L’individu aurait quitté la Côte d’Ivoire avec le même véhicule.

« Le recrutement des terroristes n’a pas été fait ici (en Côte d’Ivoire) », précise cette même source, insistant que les quatre personnes interpellées « reconnaissent tous avoir été en contact avec ces terroristes mais ne savaient pas ce qu’ils venaient faire réellement en Côte d’Ivoire ».

Les prévenus affirment avoir été utilisés par les terroristes sans le savoir. L’un des terroristes abattus sur le théâtre des opérations est un étudiant qui est arrivé à Abidjan le 6 mars par un vol commercial. Il a été hébergé par l’une des quatre personnes arrêtées.

Une semaine après les événements tragiques, la plage de Grand Bassam a été prise d’assaut par les ivoiriens qui ont tenu à sortir et montrer leur détermination à ne pas se laisser intimider. le Président Ouattara et son épouse ont assisté à la cérémonie «d’hommage de la nation », au stade municipal de la ville. La Diaspora ivoirienne de France s’est également retrouvée hier dimanche 20 Mars à l’Ambassade de Côte d’Ivoire à Paris, pour rendre hommage aux victimes et dire « Non au terrorisme. »

 

 

 

Publicité

 

 

 

 

 

Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

Un commentaire

  1. Julien KOFFI sur

    C’est lâche, cette attaque terroriste de Grand Bassam, comme toutes les autres perpétrées par ces soldats de la haine et la honte, partout dans le monde. Ils se cachent pour descendre froidement des innocents. ils n’osent pas s’attaquer à une armée. Que reprochent-ils aux gens qui gagnent honnêtement leur vie? La Côte d’Ivoire, à l’image de son Président de la République, reste débout. Je suis Grand Bassam.

Laissez une réponse

---
!-- Quantcast Tag -->