Attention, la pollution au diesel peut atteindre le sang des fœtus

0

Il est particulièrement recommandé aux femmes enceintes de faire plus attention lors des pics de pollution en limitant par exemple les déplacements. Une étude récente qui met en cause l’action négative de la pollution au diesel sur le sang des fœtus vient renforcer cette recommandation.

Une nouvelle étude confirme que les femmes enceintes doivent être encore plus vigilantes que les autres. La raison est toute simple. Des nanoparticules émises par les gaz d’échappement des véhicules diesel peuvent aussi atteindre le placenta et donc le sang des fœtus. Cela signifie que lors des pics de pollution aux particules fines, les femmes enceintes et leurs bébés à naître sont les plus exposés. C’est d’autant plus inquiétant alors que ces pics de pollution sont de plus en plus fréquents et intenses.

Publicité

Cela dit, le message n’est pas nouveau.

En effet, de récentes données épidémiologiques ont déjà révélé que les femmes enceintes exposées avaient plus de risque d’avoir des bébés de poids faible.

Les premiers résultats d’un projet de recherche coordonné par l’Inra montrent chez l’animal en gestation que l’exposition maternelle continue aux gaz d’échappement de moteur diesel entraine des effets délétères sur la croissance et le métabolisme des fœtus.

Publicité

Les scientifiques établissent aussi pour la première fois que les nanoparticules de diesel inhalées sont capables de traverser la barrière placentaire et d’atteindre le sang du fœtus. A la moitié de la gestation, des signes de croissance fœtale ont été observées. A terme, la longueur de la tête des fœtus étaient diminuée et leur tour de taille était réduit, en accord avec les observations faites chez les hommes.

Cette étude a associé l’Inra, l’Inserm, la fondation PremUp, l’Université de Grenoble Alpes, l’Université Paris Sud et l’Institute of Risk Assessment Sciences de l’Université d’Utrecht.




Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

Laissez une réponse