Cameroun: Bernard Tchoutang fait une surprenante révélation sur Samuel Eto’o. Les détails…vidéo

0

Voici une histoire qui risque de faire grand bruit et qui pourra ternir les relations entre Bernard Tchoutang et Samuel Eto’o.

Il y a quelques jours, lors de son passage dans l’émission sportive « Le Vestiaire » sur les antennes de SFR Sport 1, Bernard Tchoutang, l’ancien Lion Indomptable a fait une surprenante révélation sur le malaise qui a privé Joseph Désiré Job de fouler la pelouse du Accra stadium ou du National stadium de Surulere, lors de la Coupe d’Afrique des Nations CAN 2000.

Publicité

Soumis au jeu de questions réponses devant Emmanuel Petit, William Gallas et Frank Lebœuf, l’ancien international camerounais Bernard Tchoutang a confié au public des informations sur la sélection de football du Cameroun pendant la coupe d’Afrique des Nations 2000. L’ex-sociétaire du Tonnerre Kalara Club de Yaoundé soupçonne Samuel Eto’o Fils d’avoir lancé un sort à Joseph Désiré Job, alors titulaire au côté de Patrice Mboma, au sein de l’attaque des Lions Indomptables.

Une seule poignée de mains de Samuel Eto’o à Job a suffi pour que ce dernier perde sa place en sélection

Selon Tchoutang, une seule poignée de main que Samuel Eto’o Fils donnée à Joseph Désiré Job avait suffi pour que ce dernier soit atteint d’une diarrhée et perde sa place de titulaire. Samuel Eto’o qui était le remplaçant immédiat de Job à cette époque, avait finalement pris sa place.

Tchoutang révèle que le jour de la dernière séance d’entrainement la veille, avant le match d’ouverture de la CAN 2000 qui opposait le Cameroun au Ghana, Samuel Eto’o a refusé de saluer tous ses autres co-équipiers et est allé tendre directement la main à Job. Un geste visiblement simple mais qui, selon Tchoutang Bernard, pourrait être la cause de la crise de diarrhée qui a empêché Job de livrer même un seul match tout au long de la compétition.

L’émission ayant coïncidé avec la Coupe des Confédérations, Bernard Tchoutang a profité de cette occasion pour rendre hommage à son défunt coéquipier Marc-Vivien Foé, décédé à Lyon le 26 juin 2003 à l’âge de 28 ans des suites d’une crise cardiaque. C’était lors de la demi-finale de cette coupe des confédérations opposant le Cameroun à la Colombie.

Pour Bernard Tchoutang, Rigobert Song était certes le capitaine de la sélection, mais « Marco en était le Sage ».

Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

Laissez une réponse

---