Burkina Faso: le Président Kaboré donne sa position sur le mandat d’arrêt contre Guillaume Soro

0

A l’occasion de ses 100 jours de pouvoirs, le président burkinabé a tenu une conférence de presse dimanche à Bobo-Dioulasso pour dresser un premier bilan. Pour la première fois, le président s’est exprimé sur plusieurs sujets jugés sensibles.

Parmi les grands dossiers sensibles abordés par le président Roch Kaboré se trouve la question du mandat d’arrêt international lancé par la justice burkinabé contre Guillaume Soro. Le chef de l’État burkinabé s’est voulu un peu plus modéré dans l’intérêt des relations bilatérales entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire.

Publicité

Le président burkinabè a affirmé qu’il est étranger au fait qu’un mandat d’arrêt international ait été lancé contre l’actuel chef du Parlement ivoirien : « En tant que président du Faso, je n’ai pas été saisi de ce mandat d’arrêt.J’ai appris comme tout citoyen qu’il y avait un mandat d’arrêt contre le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire. »

Roch Kaboré dit vouloir privilégier le dialogue, qui en son sens est la seule issue pour éviter une crise entre les deux pays : « Il aurait été bon dans le cadre de la coopération entre les institutions que nous soyons au moins informés avant que ces actes ne puissent être posés. Même si nous devons faire la bagarre avec la Côte d’Ivoire, nous serons tous les deux perdants (…). Nous devons privilégier la voie diplomatique. »

Rappelons que Guillaume Soro est soupçonné d’avoir pris une part active dans le coup d’État manqué de septembre 2015 au Burkina Faso. L’affaire a éclaté au grand jour avec la mise sur le web d’enregistrement téléphonique entre le président du parlement ivoirien et l’ex-ministre des affaires étrangères du Burkina Faso, le Général Djibril Bassolé. le PAN ivoirien Guillaume Soro vient d’ailleurs de sortir un livre dans lequel il clame son innocence. http://afrikmag.com/ecoutes-telephoniques-guillaume-soro-sort-livre-clamer-innocence/

              Zida n’a pas d’autre choix que de rentrer

Concernant la situation de  Isaac Zida, le président Kaboré a été clair. Il réitère le démenti de la nomination de l’ex-premier ministre au poste d’Ambassadeur au USA.

« À aucun moment, le conseil des ministres n’a nommé le Premier ministre comme ambassadeur aux États-Unis. Ça a été une très grande surprise pour nous de découvrir cela dans le Journal officiel. Nous devons mettre fin à cette manipulation et cela appartient aux prérogatives du chef de l’État que je suis », a t-il déclaré.

Il a aussi appris que le premier ministre de la transition devra retourner au bercail impérativement. « Le général Zida a demandé une permission qui a expiré depuis le 19 mars. Il n’est pas encore rentré. En tout état de cause, il n’a pas d’autre choix que de rentrer (…) Nous n’avons pas besoin de lui donner des injonctions pour cela. Quelqu’un qui assume de hautes responsabilités de l’État doit s’assumer et faire face à ses responsabilités (…) Il doit voir la nécessité lui-même de rentrer d’ici avril pour pouvoir lever le voile de nuages qui plane sur sa gestion et sur les différents points qui ont été évoqués. »

Au titre des actions menées au bout des 100 jours Roch Marc Kaboré affirment que de nombreux plans d’action sont en cours.

Publicité

sur le plan  sanitaire, Il a annoncé une série de mesures au nombre desquelles, celles récemment adoptées en faveur de la femme et de l’enfant, 135 spécialités qui seront formées et déployées  dans les centres de santé pour éviter le déplacement des patients.

Sur le plan éducatif, le gouvernement prévoit la construction de 1000 classes à la place des écoles sous paillote, 200 CEG et 80 lycées.

Sur le plan énergétique, le site lepays.bf, rapporte que le gouvernement  promet d’orienter les populations vers l’utilisation de l’énergie solaire. Car, d’après le président du Faso, plus de quarante provinces seront dotées de plaques solaires.

 




Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

Laissez une réponse