Burundi: Le Chef de la sécurité du président assassiné

0

Des hommes armés portant des uniformes militaires ont abattu un ancien chef de la sécurité burundaise qui était un proche allié du président Pierre Nkurunziza, dimanche 2 Août. Mais selon le porte-parole présidentiel, Willy Nyamitwe qui a confirmé la nouvelle, le général Adolphe Nshimirimana (photo ci-dessus) a été assassiné dans une voiture aux côtés de trois de ses gardes du corps dans le quartier de Kamenge à Bujumbura.

Publicité

Général Adolphe Nshimirimana était chargé de la sécurité personnelle du président au moment de sa mort. Quand un président refuse de démissionner … il apporte la guerre à son peuple!

Le porte-parole présidentiel Nyamitwe a dit:

J’ai perdu un frère, un compagnon dans la lutte. La triste réalité est que le général Adolphe Nshimirimana n’est plus de ce monde.

, a t-il dit dans un message posté sur Twitter.
La police et des témoins disent que le pick-up du général a été touché par deux roquettes et pulvérisé avec des tirs d’armes automatiques avec son chauffeur et deux autres. Général Adolphe était un proche collaborateur du président Pierre et était considéré comme le cerveau derrière la répression des manifestations ainsi comme un acteur clé à déjouer la tentative de coup d’Etat.

Il n’y’a pas eu de revendication de la responsabilité de l’assassinat, bien que les putschistes se sont depuis regroupés et ont lancé une rébellion dans le nord du pays, et ont également été liés à une série d’attaques à la grenade à Bujumbura. Il ya des craintes que la reprise du conflit dans le pays pourrait relancer la violence ethnique Hutu-Tutsi et apporter une autre catastrophe humanitaire à la région troublée des Grands Lacs de l’Afrique centrale. La dernière guerre civile au Burundi, qui a pris fin en 2006, a fait au moins 300.000 morts

Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

Laissez une réponse

---