Cameroun : 3 militaires dérobent 250 millions à Lom Pangar dans la région de l’Est

2

Les hommes en tenue sont-ils devenus les principaux braqueurs au Cameroun? Pourtant ils font partis des fonctionnaires les mieux payés.

Publicité
 

Le caporal-chef Raphael Tsala, les soldats de première classe Nkome Nkome et James Abah, sont activement recherchés par les forces de sécurité. Ces hommes du 11ème bataillon d’appui de Bertoua, se sont évanouis dans la nature avec la somme de 250 millions de Fcfa. Commis à l’escorte des responsables chinois de la China international water electric corporation (Cwe) – constructeur du barrage hydroélectrique de Lom Pangar – ils ont braqué les responsables chinois de la Cwe qu’ils convoyaient.

Selon des sources concordantes, les trois militaires armés de kalachnikov, ont tendu une embuscade vers 16 heures mardi dernier aux Chinois après le village de Mansa, situé à environ 35 kilomètres de la ville de Bélabo, avant de prendre la fuite à bord d’un pick-up appartenant à l’entreprise Cwe qui les transportaient. La somme qu’ils ont dérobée était dédiée au paiement des salaires – pour le compte du mois de mai – des personnels affectés à la construction du barrage de Lom Pangar.

Il faut dire que ce n’est guère la première fois que des éléments des forces de défense et de sécurité commis à la protection de bâtiments ou de tiers, sont accusés d’un tel forfait. L’on se souvient que le 19 mai dernier, un caporal du bataillon d’infanterie motorisé (Bim) dénommé Ngah Bella, avait braqué « Moul Mining Sa », une société d’exploitation minière située à Woumbou dans l’arrondissement de Ngoura, département du Lom Djerem, région de l’Est. Le militaire qui était censé garder cette entreprise, s’est enfuit avec une importante somme d’argent ainsi qu’une grande quantité d’or. Il court toujours. La prison centrale de Bertoua abriterait selon nos sources, plus de 20 militaires et gendarmes arrêtés à la suite de braquages de sociétés minières.

Publicité

 

(Visited 469 times, 1 visits today)



Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

2 commentaires

  1. Thobie Endong sur

    Finalement on ne sait plus à qui faire confiance dans notre pays. Le problème chez nous est que l’argent a pris le dessus sur tout, même sur le sens de l’honneur. Etre pauvre au Cameroun aujourd’hui est un péché très très grave et chacun cherche par tous les moyens à s’en mettre plein les poches. l’on ne peut alors qu’assister à ce genre de dérives; Dommage pour le berceau de nos ancêtres.

Laissez une réponse