Cameroun: Paul Biya devant François Hollande: « Ne dure pas au pouvoir qui veut, mais dure qui peut »

9

Au terme de la visite d’État de François Hollande au Cameroun ce vendredi les deux chefs d’État se sont exprimés en conférence de presse et ont affiché plusieurs points communs et quelques divergences de vue.

le président  Paul Biya a tenu à remercier son homologue français et a placé cette visite d’État sous le signe de l’amitié. L’un des points clés de cette rencontre était la lutte contre Boko Haram en particulier et l’intervention de la France au plan international contre le terrorisme.

Publicité

« j’ai exprimé au président Hollande toute notre gratitude pour l’appui que nous a apporté et continue de nous apporter la France dans cette lutte. J’en profite pour remercier bien sincèrement les autres pays et organisations internationales qui nous apportent également leur soutien », a-t-il indiqué

Sur la situation politique interne, le président camerounais a entretenu son homologue sur les progrès enregistrés et a souligné son intention à poursuivre les efforts sur la lutte contre les atteintes à la fortune publique et à l’amélioration de la gouvernance.

Au plan économique, le Cameroun poursuit ses efforts de développement,-avec le soutien de la France-, dont l’objectif affirmé est de devenir un pays émergent.

François Hollande a à son tour reconnu et salué les efforts de l’armée camerounaise qui « est restée courageuse », et a fait face aux « offensives belliqueuses des terroristes de Boko Haram », avant de promettant de renforcer le dispositif de renseignement et de formation.

Il s’est longuement appesanti sur le cas de la Centrafrique. Où la France est venue en intervention et à bénéficier du soutien des pays africains dont le Cameroun.

Publicité

Sur le point du développement, les deux présidents ont travaillé sur la conclusion de 4 accords ; dont le montant total est estimé à 76 milliards Fcfa (116 millions d’euros).

« Ne dure pas au pouvoir qui veut, mais dure qui peut »

Face à une question d’un journaliste, posée lors de la conférence de presse, relative à sa longévité au pouvoir, le président camerounais a répondu sans faux fuyants, « ne dure pas au pouvoir qui veut mais dure qui peut », avant de préciser qu’il est n’est pas arrivé au pouvoir par la force, « je ne suis pas à la tête d’un État par la force, je n’ai pas acquis le pouvoir de manière dictatoriale, j’ai toujours été élu par le peuple. En ce moment je suis en train de terminer un mandat qui m’a été donné par le peuple. Les élections de 2018, sont certaines mais encore lointaines. Nous avons le temps de réfléchir et le moment venu, les camerounais les amis français et du monde sauront si je suis candidat ou si je prends la retraite




Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

9 commentaires

  1. Tout cela etait de venir touché du doigt ce fameux pays qu on appel le cameroun et de pouvoir changé sa strategie de destabilisation.

  2. Msr biya mon président tu es le meilleur ta longévité au pouvoir ta permis de nous enlever dans les mains de la France c’est pour quoi hollande ne pouvait pas passé la nuit au Cameroun

  3. jasmine joyce sur

    la force d’un homme est aussi dans son courage le président du Cameroun a affronté sans faute le président français en disant ce qu’il pense de bonne foie sans avoir peur ça j’apprécie et je dis mes félicitation monsieur le président l’hypocrisie n’est pas votre déjeuné

Laissez une réponse