Cameroun: Pour 300000 cfa, un sous-officier aide un prisonnier invalide à s’évader !

1

L’adjudant-chef de gendarmerie, Jacques Aloa Essogo a participé à l’évasion d’un détenu invalide, de la prison contre une somme de 300000 FCFA  . Son forfait mis au grand jour l’a conduit directement à la prison de New-Bell où il a élu domicile depuis son arrestation.

En effet, c’est le journal L’Epervier qui révèle l’information dans son édition du 23 mars 2016. On peut lire dans les colonnes dudit journal que

Publicité
 

«L’adjudant-chef de la gendarmerie Jacques Aloa Essogo a reçu dans la nuit du 17 au 18 mars 2016 un certain Tego Talom en provenance du tribunal militaire de Douala, accusé de vol à main armée, et spécialisé dans le vol des véhicules gros cylindres».

D’après le témoignage des forces de l’ordre, l’on apprend que cet évadé de prison est en réalité  «un repris de justice». L’infirmité qu’il traîne aujourd’hui n’est rien d’autre que les séquelles des balles qu’il a reçues au cours de ses multiples affrontements avec les forces de l’ordre.

Ledit journal écrit que : «De retour au parquet du Tribunal militaire, l’infortuné, à une heure tardive de la nuit, a proposé une somme de 300 000 FCFA au gendarme qui assurait la garde ».

L’on apprend aussi des aveux de l’adjudant-chef de gendarmerie qu’il ne  s’est pas seulement laissé séduire par le pot de vin en mettant en jeu sa carrière, il est allé lui-même emprunter un taxi pour son « dealer », compte tenu de l’infirmité du prisonnier. Par la suite, il va simuler une évasion fictive en demandant à l’infirme de laisser ses béquilles. Quelques minutes plus tard, il va appeler le commandant pour l’informer d’une prétendue évasion du détenu. La patrouille lancée à la poursuite de celui-ci va le retrouver au petit matin dans un snack-bar au quartier Cité-Sic à Douala en train de savourer son ultime évasion.

Publicité
 

Qu’en pensez-vous ?

(Visited 2 278 times, 1 visits today)



Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

Un commentaire

  1. alima SAINT PIERRE sur

    on ne saute pas souvent avec un bébé en haut du pont d’une riviere où d’un fleuve, l’enfant est trop précieux plus que la mere même.

Laissez une réponse