Claude Le Roy: « Qui peut refuser le patrimoine national que représentent les lions indomptables»

1

Arrivé en fin de contrat avec le Congo, Claude Le Roy a les yeux rivés sur le Cameroun. Selon le quotidien le jour dans sa parution du mercredi 2 décembre 2015, des relations existent entre le Ministère des Sports, la FECAFOOT et Claude Le Roy et il serait maintenant question de régler certains détails relatifs à l’arrivée du coach.

D’après le journal, ce n’est qu’une question de temps, car Claude Le Roy lui-même a donné des indices lundi dernier sur le plateau de Canal +: «Qui peut refuser le patrimoine national que représentent les Lions Indomptables ! Mon rêve c’est de finir dans un pays où on me reconnait une certaine valeur et c’est vrai qu’au Cameroun, jusqu’à aujourd’hui, les supporteurs me remercient. Après pour l’instant, je ne me suis décidé pour rien du tout. Peut-être dans les prochaines semaines», a-t-il confié.

Publicité

Si des pourparlers avec la (FECAFOOT) aboutissent, ce serait un retour au bercail pour Claude Le Roy qui s’est révélé avec l’équipe des Lions Indomptables. Après un parcours héroïque achevé en finale de la Can de 1986, il y a remporté la CAN 1988 et a ensuite guidé les Lions Indomptables au Mondial 1998 en France. C’est lui qui a posé les jalons de la Dream Team qui marchera sur les équipes africaines de football en 2000 et 2002 sous la houlette de son filleul Pierre Lechantre. C’est dire si l’ancien entraineur de Strasbourg a gardé un lien fort avec le Cameroun dont il a même été un moment officieusement, conseiller spécial à la Présidence de la République, raconte le jour.

Au lendemain de la qualification de l’équipe congolaise pour le 3ème tour des éliminatoires zone Afrique du Mondial de 2018, Claude Le Roy a quitté son poste le mardi 17 novembre 2015. Il avait qualifié le Congo pour les quarts de finale de la précédente Coupe d’Afrique des Nations (CAN 2015). Une première pour le pays depuis 23 ans. Il laisse également l’équipe en tête du groupe E de qualification à la CAN 2017. Arrivé en fin de contrat, il n’a pas souhaité s’éterniser dans ce pays malgré une offre de prolongation qui lui avait été formulée.

Réputé être un entraîneur à poigne avec une bonne capacité à détecter des talents locaux, le français devrait donc arriver dans les prochaines semaines avec un contrat de longue durée qui pourrait déboucher sur 2019 et la CAN que le Cameroun organise en son sol, informe le journal.

Publicité

Qu’en pensez-vous ?

Source : Camer-info.net




Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

Un commentaire

Laissez une réponse