Le fils du président de Guinée-équatoriale renvoyé en procès en France

3

Le problème judiciaire à l’actif du fils du président de la Guinée équatoriale sur les biens mal acquis, passe à une vitesse supérieure. Teodorin Obiang, le fils du président de Guinée équatoriale, soupçonné de s’être frauduleusement bâti en France un patrimoine considérable, a été renvoyé en correctionnelle, ouvrant la voie au premier procès français des « biens mal acquis ».

Me William Bourdon, avocat de l’Ong anti-corruption Transparency International France et président de l’association Sherpa a aussi confirmé l’information. « La France va accueillir le premier procès sur les biens mal acquis », s’est félicité William Bourdon, avocat de l’ONG.

Publicité

Il faut rappeler qu’en mai 2016, le parquet national financier de Paris a ordonné le renvoi devant le tribunal correctionnel de Paris de Teodoro Nguema Obiang Mangue (surnommé « Teodorin »), pour « blanchiment d’argent, corruption », « détournement de fonds publics », « abus de biens sociaux » et « abus de confiance ».

«En France, entre 2007 et 2011, soit directement, soit par l’intermédiaire de prête-noms ou sociétés écrans, un patrimoine mobilier et immobilier évalué à plusieurs dizaines de millions d’euros», ont relevé les juges dans leur ordonnance rendue lundi.

La France n’est pas le premier pays à lui demander des comptes: en octobre 2014, il avait accepté de renoncer à 30 millions de dollars d’avoirs aux États-Unis, dans le cadre d’un accord passé avec la justice américaine qui le poursuivait pour corruption.

Avec cette tournure, c’est dire que, cela pourrait donner lieu au premier procès d’un responsable visé par l’enquête dite des « biens mal acquis » lancée à la suite d’une plainte des associations Sherpa et Transparency International en 2007

Yao Junior L




Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

3 commentaires

  1. C’est une grave injustice d’appliquer un poids et plusieurs mesures différentes ! Tous les dirigeants africains ayant ,en France, un dossier sur les « BIENS MAL ACQUIS » doivent aussi y passer non ? Quid du Gabon, du Congo Brazza, Congo Kinshasha, Cameroun, Togo ? On attend de voir…

  2. Vous voulez dire dire que les français sont saints, c’est ça? et le sous sol africain?
    Disons que ce procès donne un peu du travail aux français notamment les avocats français qui en profiteront pour manger.

  3. il n’est pas permis à un enfant du pauvre de grogner envers l’autorité en place qui gouverne. ce qu’on va leur repprocher est qu ils se mefient pour que après leur gestion, ne seront pas interpellés a la cpi de la haye. merci

Laissez une réponse