France: Une sénégalaise laisse son bébé de 15 mois se noyer et accuse la sorcellerie

0

Une femme française d’origine sénégalaise âgée de 39 ans Fabienne Kabou qui a laissé sa fille de 15 mois se noyer sur une plage a déclaré lundi qu’elle n’avait pas d’autre explication pour justifier son acte que le pouvoir de la «sorcellerie».

Kabou a été jugée pour l’assassinat de sa fille de 15 mois, Adelaide, un fait qui a choqué le pays en novembre 2013.

Publicité

Fabienne Kabou a raconté sa riche enfance à Dakar avant de déménager à Paris pour étudier la philosophie et l’architecture. Ensuite elle est tombée amoureuse d’un sculpteur de 30 ans son aîné, Michel Lafon qui ne reconnaît ni ne manifeste aucun intérêt pour l’enfant.

Elle a dit à la cour dans la ville de Saint-Omer en France:
« En 2011, je suis tombée enceinte d’Adelaide, elle est née en Août et j’ai fini par la tuer, 15 mois après sa naissance »

En 2013, Kabou a voyagé avec sa fille de 15 mois de leur maison à Paris à la station balnéaire du nord de Berck-sur-Mer où elle a mené des enquêtes sur les marées locales avant d’aller à la plage.

Elle a expliqué avoir dit au revoir à sa fille endormie et l’a placée près de l’eau pendant une nuit froide. Le corps sans vie du bébé a été découvert tôt le lendemain matin par les pêcheurs de crevettes.
10 jours après que le bébé ait été découvert, la police a pu traquer Kabou, grâce à la surveillance vidéo, à son domicile où elle vivait avec le père d’Adélaïde. Elle a reconnu le crime quand elle a été confrontée à la police.

Kabou a dit qu’elle avait dépensé près de 40.000 euros pour consulter divers « charlatans et guérisseurs» avant qu’elle ne tue sa fille: « La sorcellerie. Voilà mon explication par défaut parce que j’en ai pas d’autre. »
«Rien n’a de sens dans cette histoire. Quel intérêt aurais-je à me tourmenter, mentir, tuer ma fille? J’ai parlé de la sorcellerie et je ne plaisante pas. Même une personne stupide ne ferait pas ce que j’ai fait », a t-elle affirmé.
L’avocat de Kabou Fabienne, Roy-Nansion lui a demandé d’expliquer pourquoi elle pense que les forces du mal sont à l’origine de la mort de sa fille.

«Pendant de nombreuses années, je luttais pour me réveiller le matin, mes pieds étaient paralysés. J’ai eu des hallucinations, comme les murs qui ne cessent de trembler ».

Son avocat, Roy-Nansion décrit Kabou comme étant une bonne catholique et d’une «l’intelligence remarquable».
Un psychiatre désigné par le tribunal a constaté que son « état psychologique est largement influencée par des facteurs culturels et une histoire individuelle liée à la sorcellerie sénégalaise qui a modifié radicalement sa vision du monde».
Cependant un avocat pour un groupe d’enfants qui est partie civile dans cette affaire, Jean-Christophe Boyer, a accusé Kabou d’utiliser la sorcellerie comme une stratégie de défense.
« Vous êtes en face d’une femme très intelligente qui sait qu’elle ne doit pas dire qu’elle est folle, mais donner assez pour paraître folle aux experts, alors on a la sorcellerie et cela fait partie de sa culture», a t-il dit.

Publicité

Un autre psychiatre judiciaire, Paul Bensussan, soutient que son acte a été peut-être déclenché par une profonde dépression liée à la naissance de son enfant.

Son avocat a révélé que l’enfant est née dans la maison du couple et n’a jamais été enregistrée. Personne proche du couple, pas même la mère de Kabou, était au courant de son existence. Le père du bébé, Lafon n’était en aucune façon intéressé par l’enfant ou son bien-être qui a profondément dérangé Kabou. Un test ADN a été effectué après l’arrestation de Kabou pour prouver sa paternité.

Kabou soutenu que:
« Les deux ans avant l’assassinat de ma fille ont été les pires de ma vie. Les deux ans de prison ont été plus calmes et plus paisibles», dit-elle au tribunal. Kabou, est accusée d’assassinat prémédité et fait face à une peine de prison à vie.




Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

Laissez une réponse