Gabon: Cette jeune femme avoue coucher avec des hommes pour leur voler leur énergie »

5

Une adage populaire dit de ne jamais envier autrui. Si vous avez votre ami(e) ou une connaissance qui jouit d’une position sociale ou d’un bien matériel  quelconque, il est sage d’ôter de son cœur toute forme de convoitise. Pour l’histoire que nous vous raconterons ce jour, A.A.B. l’a su, même si c’était de la mauvaise façon.

Voici l’histoire d’une jeune ivoirienne confiée à un site Gabonais.  A.A.B., une gabonaise de 26 ans, se promenait  vers le ministère de la communication, au centre ville pour être précis. C’est alors qu’ elle rencontre par le plus grand des hasards, une ancienne camarade de classe, avec qui elle a partagé de bons souvenirs au CES de Mindoubé, l’actuel CES Raymond Boukat. Enthousiasmées, les jeunes filles prennent les nouvelles de leurs anciennes camarades et se promettent de se retrouver dans un délai relativement court.

Publicité

Or, A.A.B. est à la fois émerveillée et surprise de voir l’ascension sociale qu’a connue sa camarade, elle qui à l’école était plutôt la risée de tous compte tenu de ses performances académiques.

« Ma copine n’était pas brillante. Tout le monde se moquait d’elle. Il me souvient même qu’un jour, c’était au 2e trimestre en classe de 3e, une rumeur sur une partie de jambes en l’air avec le prof de maths avait fait grand bruit. Tout le monde, moi y compris, avait cru puisque ce trimestre-là, elle était 2e de la classe. Ce qui était étonnant et sa moyenne en maths était la plus élevée de la classe, alors que nous connaissions son niveau. Elle était nulle. »

Curieuse de savoir les voies et moyens de son amie qui menait une vie de luxe, cette dernière  qui désormais roulait en Merco et était parée de bijoux sortit de son sac la carte de visite et la lui remit. Elles se retrouvèrent donc une semaine plus tard.

« Je voulais vraiment savoir comment elle avait fait. J’avais fait des études en transit et douanes et je n’arrivais toujours pas à trouver un boulot. Je pensais que mon amie pourrait m’aider. »

A la question de savoir Comment elle avait fait pour mener un tel style de vie, la jeune femme ricana, avant d’éluder. Loin de jeter l’éponge, A.A.B. insista

« c’est alors qu’elle me dit qu’il y a des choses qui ne se racontent pas, ni ne s’expliquent, mais qui se vivent…simplement » relate A.A.B.

Elles ont donc pris rendez-vous pour A.B.B puisse rencontrer la fortune. Les deux femmes se sont retrouvées  en face de l’immeuble Rénovation, le jour suivant à minuit. Là, A.A.B. est embarquée dans un véhicule et conduite à un lieu  secret. Invitée par sa copine à entrer dans une pièce de la Résidence, elle y découvre des femmes, jeunes, toutes de rouge vêtus.

« Je dois avouer que j’avais très peur, mais en même temps je ne pouvais plus faire machine arrière. »

S’avançant vers le gourou de la secte, une femme mûre, qui lui faisait de grands  signes d’approcher, A.A.B., le pas hésitant, la crainte toute perceptible ne tarda pas à être mise aux faits.

« Puisque tu as décidé d’intégrer notre cercle, essentiellement féminin, lança la maîtresse des lieux, tu sera chaperonnée par ton accompagnatrice. C’est elle qui te guidera pendant tes premiers pas. » révèle A.A.B.

Ne sachant plus comment reculer, la peur au ventre, notre jeune amie eu pendant des jours et des jours, un sommeil entrecoupé de cauchemars.

Publicité

« La loge me demandait dans un premier temps de coucher simplement avec des jeunes hommes, et de me présenter une fois par semaine au temple. C’est cette suite que je redoutais. Je devais faire un rituel qui consistait à entrer dans une pièce sombre, écarter les jambes, comme lorsqu’on s’attend à une pénétration. Dans cette position, le fluide emmagasiné en nous était retiré par je ne sais quel esprit. Je ne pouvais pas le supporter. Je serai peut-être devenue folle. »

témoigne la jeune femme.

Après avoir changé la puce de son mobile, A.A.B partit pour Oyem, où elle se fit oublier le temps d’une année, avant de refaire surface. Aujourd’hui encore, elle craint toujours les représailles.En diffusant ce message, elle espère que cela serve de leçons aux jeunes filles assoiffées de gain.

Qu’en pensez-vous?




Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

5 commentaires

  1. le monde va dans une direction où personne connait l’endroit. tout le mnde est annimer par un esprit de convoitisme. le desire d’avoir de l’argnt! mais ils oublient que tous cela est Vanité… ceque ctte fille a put dire, est un temoignage educative, tous ceque nous voillons n’est pas toujour le resultat d’un grand effor fournit, le diable est devenus trop ruser que, tout chose a voir est devus un mal. Que Dieu ouvre les yoeux de tous l mnde, pour mieux voir la realité ds choses.

  2. ma soeur rien n est impossible devan dieu,si tu croi kil existe tu sera sauve,rend toi chez un hom de dieu met toi en prier avec lui tout ira!!;seulement en invokan le nom de jesus tout genoux flechis ,donc croi,ai la foi,ke jesus christ te sauvera!!! tu vera !tu nous refera encor un otr temoinagne des merveilles de jesus !

  3. LAUBSERVATEUR sur

    C’est vraiment important que de telles témoignages soient révélés au grand jour au public. Un adage populaire dit que « La vérité n’a pas de tombe » ! J’ajouterais que j’ai moi même fais une découverte terrible sur une jeune fille il y a de cela quelques années. Ayant réussi à la séduire, nous sommes allés dans une chambre de motel. Elle n’était pas très chaude pour cette aventure et pour cause… ! Etant tous deux allongés au lit, et à moitié déshabillés, j’ai entrepris de la caresser sur les parties sensibles de son corps. Grande est ma surprise quand ma main descend sur son pubis où j’espérais mesurer la teneur de sa pilosité (ses poils). J’ai senti une peau dénudée avec quelque c hose comme une grosse bosse issue d’une cicatrice. J’ai ôté carrément sa petite culotte et ce que j’ai vu m’a boulerversé ! Les hommes : il y a des choses impensables sur cette terre ! Je lui demande qu’est ce qui lui ait arrivé ? Elle m’avoue après que non , elle est entrée dans un club occulte (secret) constitué uniquement de femmes de tous bords! Dans ce cercle mystique diabolique, les femmes y ont juré de ne plus rien avoir à faire avec les hommes ! Et pour matérialiser ce pacte satanique, elles se font couper leur clitoris ! Ceci est un rite purement diabolique ! Car Le Créateur a modelé le corps de la femme selon la juste mesure divine. On ne doit donc rien y ajouter, rien y retrancher. J’ai été complètement refroidi dans mes ardeurs masculines à l’endroit de cette jeune femme. Et elle m’explique que si elle me l’a avoué, c’est parce qu’elle a été déçue de ne trouver finalement aucun épanouissement matériel ou sentimental dans ce milieu de femmes aveuglées par la recherche de l’argent par des moyens mystiques ! Donc voilà encore une femme tombée dans les mensonges du diable ! Il est certain que c’est aussi une jeune femme comme elle qui l’a attirée dans ce traquenard ! Combien certaines femmes peuvent être perverses, comme celle de à la merco de l’histoire ci-dessus qui s’est déroulée à Libreville. Sachant que c’est mal, mais obnubilée par l’argent et la méchanceté, elle a attiré sa camarade de classe dans les méandres du satanisme !

Laissez une réponse