« J’ai empoisonné mon mari parce ce que je le détestais »: affirme une adolescente béninoise

2

Un adolescente béninoise âgée de 17 ans, Abiodun Ojo, qui a tué son mari, Jimoh, dans le quartier de Makoko de Yaba, Lagos au Nigeria, dit qu’elle a empoisonné son mari parce qu’elle le détestait.
Abiodun, pendant son entrevue a blâmé son père pour l’avoir forcé à se marier à Jimoh, qui dit-elle n’a jamais pris soin d’elle.
Elle a dit qu’elle a fui le defunt 3 fois, et a été renvoyé par son père, qu’elle a décrit comme l’architecte de son problème.

Abiodun avait été remis à Jimoh comme femme par son père pour l’empêcher de se marier à son petit ami.
Elle a dit avoir donné naissance à une petite fille, Hannah, et vivait avec la victime dans leur maison.

Publicité

Toutefois, elle a dit avoir rencontré le frère aîné de son ancien petit ami, Wensu, qui lui aurait donné le poison pour mettre dans la boisson de Jimoh afin qu’elle puisse épouser son frère cadet.
Il a été signalé que Jimoh, un charpentier, était rentré du travail le 19 Juin, 2015, lorsque sa femme a versé le poison dans son verre de sucrerie et l’a forcé à boire.
Le défunt a été dit s’être effondré et est mort malgré les efforts immédiats par des résidents à le ranimer.
Abiodun, qui a d’abord nié toute implication dans le crime, a avoué plus tard aux dirigeants communautaires, en disant qu’elle a eu le poison par le biais du frère aîné de son ancien petit ami, Wensu.
Les deux suspects auraient été arrêtés par des policiers de la Division de la police Adekunle et ont ensuite été transférés au Département d’Etat des enquêtes criminelles.

Abiodun a dit qu’elle ne savait pas que le poison tuerait Jimoh.
Elle a dit:

Je suis née à Lagos, mais je suis de Cotonou, République du Bénin. Mon père a marié deux femmes et il a eu 9 enfants. Ma mère a eu 6 enfants le lui et je suis la 4 eme. Je ne suis pas allé à l’école parce que mon père ne me l’a pas permis.

J’avais un petit ami, Papa, avec qui je suis sortie pendant 2 ans. Je voulais l’épouser, mais mon père a refusé parce que ma sœur aînée était mariée au frère de Papa.
«’étais à la maison un jour où mon père est arrivé avec certaines personnes et dit que je devrais regarder chacun d’eux et dire si je les aimais, et j’ai dit oui. Il m’a alors demandé de m’en aller. C’est le lendemain qu’ils m’ont envoyé chez Jimoh.

Elle a dit qu’elle a été emmenée dans une communauté dans l’Etat d’Ogun, où la victime venait faire l’amour avec elle jusqu’à ce qu’elle tombe enceinte.
Elle a dit que quand elle est revenue à Lagos, elle n’a pas été bien traité par le défunt et elle se plaignait aux membres de sa famille, qui lui ont demandé de supporter les privations.

Publicité

Sur 3 occasions différentes, je me suis enfuie de la maison. Mais chaque fois que je rentrais à la maison, mon père me demandait de retourner en disant que le mariage était toujours plein de défis.
Le jour fatidique, je suis allée au marché pour acheter du poisson pour ma belle-sœur quand j’ai vu Wensu sur la route. Il m’a donné le poison et dit que je devrais le mettre dans le verre de mon mari. Je l’ai mis dans son verre et il a pris lui-même

, a t-elle ajouté.
Elle a dit qu’elle regrettait d’avoir épousé le défunt parce qu’elle ne l’a jamais aimé.
On a appris que le petit ami, Papa, avait voyagé à la République du Bénin.
Son frère aîné, Wensu, un herboriste, a nié avoir donné le poison à Abiodun, disant qu’elle l’a piégé.

Il a dit:
Je suis un herboriste de profession et mon travail m’a été appris par mon grand-père dans la République du Bénin quand j’étais un enfant. J’ai rencontrai sa sœur dans la communauté et nous nous sommes mariés légalement. Elle a eu trois enfants pour moi.

Mais quand je me suis marié à une autre femme, elle a divorcé et a épousé quelqu’un d’autre. Je ne lui ai pas donné le poison et je n’ai jamais rencontré son mari, Jimoh, de toute ma vie. Elle ment.

Le responsable des relations publiques de la police, Kenneth Nwosu, a déclaré que les suspects seront bientôt emmenés au tribunal.




Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

2 commentaires

Laissez une réponse