Jeux paralympiques [RIO 2016]: Une athlète belge planifie de se donner la mort après les jeux…Vidéo

0

La championne paralympique belge, Marieke Vervoort a clairement fait savoir que les Jeux paralympiques de Rio qui se dérouleront à partir du 7 septembre seront ses derniers. Cette Belge de 37 ans est atteinte d’une maladie dégénérative qui lui paralyse les jambes et lui cause d’horribles douleurs… au point d’envisager aujourd’hui l’euthanasie.

Selon le Adelaide Advertiser, il y a quatre ans, l’athlète en fauteuil roulant, avec sa maladie incurable vertébrale a remporté l’or dans le sprint de 100 m dans sa classe T52, et d’argent dans le 200m.

Publicité
 

Dans le journal français Le Parisien, la sportive décorée a révélé son agonie quotidien dont la déchirante décision de s’ôter la vie.
Elle a affirmé:
« Tout le monde me voit rire avec ma médaille d’or, mais on ne voit pas le côté obscur, »
«Je souffre beaucoup, dormant parfois seulement dix minutes par nuit – et je vais toujours pour l’or.
« Rio est mon dernier souhait. Je m’entraîne très dur, même si je dois me battre jour et nuit contre ma maladie. J’espère finir ma carrière sur un podium à Rio ».

« Il y a une chance de médaille, mais il sera très difficile parce que la concurrence est très rude.
« Ensuite, nous verrons ce que la vie m’amène et j’essayerai de profiter des meilleurs moments. »

« Je commence à penser à l’euthanasie. Malgré ma maladie, j’ai pu vivre des choses dont les autres ne peuvent que rêver« .

Le journal affirme une combinaison de fatigue de ses nuits blanches et l’agonie de son état, qui signifient que Vervoort s’évanouit régulièrement à la maison, mais est réveillée par son chien qui lèche son visage.

Publicité

L’Euthanasie a été légalisée en Belgique en 2002, en cas de souffrances morales insoutenables et irréversibles, et avec le consentement écrit de trois médecins.
Vervoort a été paralysée en 2000 lorsqu’elle a été frappée par une maladie rare.

(Visited 593 times, 1 visits today)



Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

Laissez une réponse