Kaffrine: Un berger vole 500 000 FCfa et accuse son troupeau

0

C’est l’histoire d’un berger qui soutire 500 mille francs à son patron et accuse ses bœufs de les avoir confondu à de l’herbe de pâturage.

En effet, cela fait plus de 10 ans que Aliou Bâ entretient une exemplaire collaboration avec son employé Hamady Bâ . Soulignons que le berger Hamady Bâ travaillait pour son patron et ami qui lui avait confié la garde de son troupeau. Fort de cette collaboration, Aliou Bâ hébergeait son employé chez lui, dans la contrée de Niakhène, sise à 37 Km de Kaffrine.

Publicité
 

Le 17 décembre dernier, Hamady Bâ va commettre un vol de peu d’importance qui va sérieusement mettre en péril ses relations avec son patron. Vers 10 heures ce jour-là, Aliou Bâ décide de rejoindre son berger dans la forêt de Niakhène (département de Malèm Hodar), pour lui prêter main forte.

Après avoir travaillé ensemble pendant un bon moment, Aliou Bâ décide d’enlever son boubou qu’il pose sous un arbre, pour se rendre dans son champ d’arachide, situé non loin. De retour, Aliou Bâ constate que son boubou n’était plus à l’endroit où il l’avait laissé. Il s’en ouvre à Hamady Bâ. En guise de réponse, le berger déclare à son patron que le boubou et l’argent qui s’y trouvait ont été mangés par les animaux. Face à cette réponse des plus surprenantes, Aliou Bâ qui a failli tomber des nues, se ressaisit et pose de nouveau la même question au berger. Celui-ci, ferme dans ses propos, donne la même réponse. Plus encore, il se veut explicite et soutient que c’est au moment d’accompagner une partie des bêtes au marigot que le reste du troupeau a profité de son absence, pour «manger et le boubou et la somme de 500 000 FCfa qui se trouvait dans une des poches».

Stupéfait par ces arguments surréalistes, à ses yeux, Aliou Bâ s’est rendu, d’un pas alerte, à la brigade de gendarmerie de Kaffrine, où il a raconté son histoire aux gendarmes qui se déploient sur les lieux.

Interpellé et conduit à la brigade, Hamady Bâ dément les faits, dans un premier temps avant de se raviser. Mieux, il conduit les gendarmes à l’endroit où il avait enterré le boubou, à trois kilomètres du pâturage. Sur place, les gendarmes découvrent ledit boubou, ainsi que les papiers administratifs d’Aliou Bâ. Toutefois, il déclare n’avoir retrouvé dans les poches du boubou que la modique somme de 1 300 FCfa.

Une version tirée par les cheveux qui a conduit à sa mise en garde à vue. Il a été déféré le 18 décembre dernier, au parquet de Kaolack.

Publicité

Qu’en pensez-vous ?

Source : Seneweb

(Visited 123 times, 1 visits today)



Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

Laissez une réponse