Souleymane Koly : 2 ans après sa mort, quel souvenir garde-t-on du patron de Kotéba?

0

Souleymane Koly, le premier responsable du mythique groupe Kotéba, a quitté brusquement les siens, le 1 aout 2014. Laissant derrière lui tristesse et désolation, quels souvenirs restent-il de l’homme, deux ans après sa disparition subite.

Il a posé ses bagages en Côte d’Ivoire en 1973, ce natif de la Guinée, qu’il aimait autant que son pays d’accueil. C’est à lui que l’on doit le succès international de Kotéba, cette formation de théâtre populaire d’inspiration mandingue qu’il a créé et conduit pendant environ 40 ans.

Publicité
 

Honneurs doivent donc être rendus à Souleymane Koly, sociologue de formation, mais aussi chorégraphe, scénariste, musicien et réalisateur. Alors septuagénaire, il était en plein dans la célébration des 40 ans de son groupe Koteba, groupe artistique multinational qu’il fonda à Abidjan, la ville où il avait choisi de s’installer après ses études en France.

AU sommet des arts de la scène après tant d’années d’exercice à travers le monde entier, Souleymane Koly voulait célébrer les 40 ans du groupe à Paris, à Conakry sa ville natale et à Abidjan qui l’a révélé au grand public.

Les 28 créations théâtrales qu’il a conçues sont justement le reflet de la nature cosmopolite de la ville d’Abidjan qui a été pour lui un creuset idéal.

Le Koteba fait aujourd’hui encore la fierté de la culture africaine de par le monde. Avec ses démembrements tels que Les Go et le Jeune Ballet d’Afrique noir (J-Ban), cette formation artistique reflète la notion d’intégration et de partage des cultures.

Publicité

A la mi-juillet 2014, il était à Abidjan pour lancer les festivités des 40 ans de Koteba. C’est alors que la mort l’arracha à l’affection de ses parents, amis et autres admirateurs.

Souleymane Koly aurait eu 72 ans le 18 aout prochain. Un hommage bien mérité serait le bienvenu pour cet artiste qui, par l’immensité de ses œuvres, vit plus que jamais.

(Visited 191 times, 1 visits today)



Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

Laissez une réponse