Le Sénégal interdit le voile intégral

1

Après le  Le Tchad, le Cameroun et le Gabon , le Nigéria, Le Sénégal passe à l’interdiction de la burqa. Le gouvernement sénégalais a annoncé mardi 17 novembre l’interdiction du port de la burqa. Cette mesure est destinée à lutter contre le nombre croissant d’attaques terroristes perpétrées par le groupe islamiste Boko Haram. Le Tchad, le Cameroun et le Gabon ont déjà pris des mesures limitant son port.

C’est pour des raisons de sécurité nationale et pour faciliter les contrôles identitaires que le gouvernement sénégalais aurait décidé d’interdire le niqab. Selon FranceTvInfo, le président du pays, Macky Sall, a déclaré mardi 17 novembre : « Le port du voile intégral ne correspond ni à notre culture, ni à nos traditions, ni même à notre conception de l’islam ». Avant d’ajouter qu’il fallait « le courage de combattre cette façon excessive d’imposer une manière d’être » et qu’il ne pouvait pas « accepter qu’on nous impose des modèles d’habillement venus d’ailleurs ».

Publicité

« Les autorités sénégalaises n’ont pas communiqué publiquement l’interdiction du port de la burqa, mais elle a été notifiée officiellement à l’administration territoriale (gouverneurs de régions, préfets et sous-préfets) et aux services de sécurité de l’ensemble du territoire national, avec effet immédiat » selon le journal La Croix.

Le journal sénégalais Le Soleil a immédiatement soutenu la mesure. « Le Président Macky Sall, en bon visionnaire, (…) a annoncé des mesures hardies avec l’interdiction du port de la “burqa” qui n’est pas un acte contre l’islam mais une question de sécurité nationale, et la décision de mettre à la disposition de l’armée des moyens colossaux pour faire face aux “djihadistes”. » Le premier ministre, Abdoulaye Daouda Diallo n’a pas hésité à préciser que l’État serait « intransigeant » quant à cette nouvelle mesure, dans un pays à 95% musulman.

Des réactions mitigées

Si les jeunes ont plutôt bien réagi à cette annonce – considérant la mesure comme sécuritaire – certains politiques et imams ne sont pas de cet avis. « Le port du voile est un commandement divin », aurait déclaré l’imam de l’université Cheikh Antra Diop (UCAD) suite à l’annonce de l’interdiction. « C’est méconnaître l’islam que de dire que la burqa ne fait pas partie de la culture musulmane », a-t-il ajouté.

Publicité

L’ancien ministre des Affaires religieuses, Bamba Ndiaye, a pour sa part été bien plus critique : « Nous ne sommes pas en État d’urgence », a-il éructé en comparant la situation sénégalaise à celle de la France. Quant aux marabouts, nombreux dans le pays, certains ont estimé que le sujet ne devait pas être abordé, la religion n’ayant pas « sa place » en politique selon FranceTvinfo.

Toute l’Afrique en passe d’interdire la burqa ?

Comme le rappelle FranceTvinfo, le Sénégal n’est pas le premier pays à avoir choisi de bannir le port du niqab. Le Tchad, dont la population est à plus de 50% musulmane, a appliqué cette réglementation dès le 17 juin 2015. Le voile intégral est désormais interdit dans tous les lieux publics et sur toute la superficie du pays. Le Nigeria ainsi que le Cameroun ont également pris cette décision suite aux attaques terroristes de Boko Haram. Au Gabon, depuis le 14 juillet 2015, toutes les personnes voilées intégralement dans un espace public sont systématiquement contrôlées.


Latest Posts

Share.

Commentaires

Commentaires

1 Comment

Leave A Reply

---
!-- Quantcast Tag -->