Les biens de Karim Wade vendus aux enchères par l’État du Sénégal

4

L’affaire Karim Wade est en phase de finale au niveau du Sénégal. Une démarche d’immatriculation et de mise en vente des maisons et autres biens du fils de l’ancien président de la République est en cours. Déjà, la procédure pour mettre en vente la maison, la chute des Wade a commencé, informe le journal L’As, de ce mardi 6 octobre 2015 qui y voit à travers cette décision, une détermination de l’État du Sénégal de mettre la main sur tous les biens mal acquis de l’ancien ministre de la Coopération internationale.

Pour ce faire l’État du Sénégal a engagé un huissier pour exécuter la décision rendue par la Crei le 23 mars dernier dans l’affaire Karim Wade et compagnie. Le journal L’As précise que l’huissier a déjà notifié à Karim Wade la décision d’exécution. Un commandement à payer sous huitaine lui a été notifié. Le délai ayant expiré, la procédure de mutation et de mise en vente est déjà en cours. Du coup 3 maisons de Karim W. sont dans les filets de l’État du Sénégal. Il s’agit, entre autres, de l’immeuble situé à la Sicap Rue 10 qui a été remise aux domestiques des Wade, en guise de cadeau? Celle de Point E Extension? Les véhicules luxueux parqués au niveau du Batrain (Bataillon du train), ainsi que d’autres biens immobiliers.

Publicité
 

Une situation qui a mis l’ex-ministre de la coopération dans tous ses états, relate également ledit quotidien.

Qu’en pensez-vous ?

Source : seneweb.com

Publicité

 

(Visited 301 times, 1 visits today)



Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

4 commentaires

  1. Mamadou l mboup sur

    Nous demandons a l’etat les centaines milliards qu’on avait octoyé a karim car ce qu vs dites là ne fait pas 1 milliard.

  2. Je pense que le président Macky Sall devrait amnistier Karim Wade pour donner le bon exemple aux autres lui qui demandait aux Burkinabè d’amnistier un criminel en la personne de Gilbert Diendéré qui a massacré de paisibles manifestants aux mains nues dont le seul crime a été de refuser d’être pris en otage par un groupuscule de soldats à la solde de politiciens en perte de crédibilité.

Laissez une réponse