Macky Sall défend les intérêts de l’Afrique et attaque très durement les européens

4

Lors du point de presse clôturant le sommet de Malte sur la migration qui a réuni l’Afrique et l’Union Européenne à la même table, le chef de l’Etat Sénégalais a établi une relation entre l’immigration et la pauvreté en Afrique. D’après le site seneweb.com, le président Macky Sall a fait savoir aux dirigeants Européens que : « Si nous sommes pauvres, c’est que vous(les européens) ne payez pas un juste prix pour nos ressources, nous pouvons nous passer de votre aide».
Une façon directe pour le président Macky Sall d’imputer les pays Européens comme étant les principaux responsables de la pauvreté qui sévit dans le continent Africain.
Le président Macky Sall a également mentionné que l’évasion fiscale et le transfert illicite des capitaux représentent un manque à gagner de 60 milliards de dollars pour le continent africain. Cette évasion fiscale et ce transfert illicite des capitaux dépassent de loin l’aide au développement versée en Afrique. Un jeu de tromperie que le président Macky Sall a condamné de vives voix avec une fermeté absolue.

Publicité



Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

4 commentaires

  1. Le justicier sur

    c’est de se genre d’hommes que l’Afrique a besoin et non de ses pontin de sassou nguesso qu’on dirige comme des jouets !

    • L’endettement est inéluctable. Afin de se développer, nous sommes obliger d’emprunter. C’est une loi absolue si nous voulons nous développé sur tous les plans sociaux culturel. En revanche, le pilotage des budgets et des dépenses que nous réalisons peut être maîtriser. Et ça aujourd’hui les chefs d’Etats en Afrique ne savent pas encore le faire. Ils peuvent réussir à truquer les comptes en faisant de fausses déclarations de dépenses; mais savoir quoi faire de l’argent pour gouverner le pays ils savent pas faire. Et c’est ce qu’il doivent apprendre en s’appuyant sur l’expérience de bons conseillers en poste et surtout prêts à tout pour que le pays bouge.

Laissez une réponse