Elle n’aurait pas dû se baigner dans une rivière pendant ses vacances

0

Une nouvelle victime de l’amibe « dévoreuse de cerveau » a été recensée aux États-Unis.

Publicité
 Une  New-Yorkaise de 19 ans, nommée Kerry Stoutenburgh avait décidé de se rafraîchir dans l’Octoraro Creek , le 20 août dernier. Douze jours plus tard, à cause de la présence de l’amibe Naegleria Fowleri dans les eaux de cette rivière du Maryland, cette étudiante américaine perdait la vie. Sa famille a lancé un GoFundMe. « Nous ne l’oublierons jamais ». Kerry Stoutenburgh s’est plainte de violents maux de tête.

« Ils disaient qu’elle était déshydratée, mais je savais qu’il y avait quelque chose de plus grave », avoue sa sœur.

Une amibe qui s’attaque au cerveau
Les récents examens ont bien révélé la présence de Naegleria Fowleri, qui est une amibe libre, un pathogène que l’on retrouve en faible quantité dans les eaux douces dépassant 25°C. Quand la victime inhale de l’eau contaminée, elle s’introduit dans le corps humain, et s’attaque au cerveau. Elle provoque une méningo-encéphalite amibienne primitive (MEAP), et la mort est presque certaine en 15 jours maximum.

Elle n'aurait pas dû se baigner dans une rivière pendant ses vacances

Seulement trois personnes ont survécu sur les 138 cas observés aux USA entre 1962 et 2015. Cet été, Lauren Seitz (18 ans) a subi le même sort que Kerry Stoutenburgh.


Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

Laissez une réponse

---
!-- Quantcast Tag -->