Paris : un sénégalais aurait été assassiné par les policiers français du 10ème arrondissement

6

Selon le site Sénago.com, un Sénégalais du nom de Amadou Koumé, 33 ans, père de deux enfants, est mort dans un commissariat du 10ème arrondissement de Paris. Suite à son interpellation près de la Gare du Nord. Il avait été interpellé au bar Hide Out parce qu’il perturbait, disait-on. Il commençait à tenir des propos incohérents et à « parler fort ». L’expertise toxicologique avait ensuite relevé « une prise significative et assez proche du décès de cocaïne ».
Le Parisien citait alors une source judiciaire qui expliquait de manière lapidaire : « quand les policiers ont voulu le menotter, il s’est débattu. Ils ont dû procéder à une manœuvre d’étranglement pour lui passer les menottes. À l’arrivée au commissariat à 0 h 25, ils se sont rendus compte qu’il était amorphe. Le Samu a tenté de le ranimer, en vain ».
La famille de Koumé avait ainsi déposé une plainte contre X pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner et abstention de porter assistance à une personne en péril ». Le parquet de Paris avait rapidement requalifié les faits en « homicide involontaire ».
Mais ce 10 septembre, « Libération » et « Médiapart » révèlent un nouveau témoignage, joint au procès-verbal d’enquête préliminaire, accablant un policier de la Brigade anticriminalité (Bac).
Le témoin, un jeune homme d’une vingtaine d’années, présent au bar au moment de l’interpellation d’Amadou Koumé, explique que entre 0 h 15 et 0 h 30, trois policiers (en civil) sont arrivés. Mais au moment où ces derniers lui demandent de sortir, Amadou Koumé résiste, mettant en doute le fait que ce soit de vrais policiers. La tentative de le maîtriser a duré assez longtemps, raconte le jeune homme. Il se débat sans donner de coups. Des renforts arrivent et la situation dégénère : « Il n’y a qu’un seul policier de la Bac qui est entré en courant et a crié : “mets-toi par terre, ******* !”, relate le témoin.
L’agent en civil a alors recours à une prise dangereuse, qui semble être une clé d’étranglement : il attrape l’individu par le cou “en plaçant son bras sous son menton et en le serrant contre son torse”. Le témoin décrit la scène : “Il s’est affaissé dans les bras des policiers et a commencé à suffoquer. L’agent de la Bac l’a accompagné dans sa chute en continuant de l’étrangler”. À terre, le policier aurait maintenu sa position d’étranglement pendant qu’Amadou Koumé “émettait des cris d’agonie et d’étouffement”.
Amadou Koumé sort ensuite de lui-même du bar sous escorte. Le commissariat est situé à 3 minutes du bar. Et plus tard, le décès est constaté par le Samu à 2 h 30. Selon le rapport d’autopsie, le décès résulte d’un “œdème pulmonaire survenu dans un contexte d’asphyxie et de traumatismes facial et cervical”.

Publicité
Publicité

Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

6 commentaires

  1. DIALO GUE LE PSH sur

    Souvent c’est énervant de constater certains faits mais si on fait un analyse logique des faits on remarque que le Sénégalais est le seul responsable de ce qui lui ai arrivé.
    Si on part à la recherche d’une vie meilleure dans un autre pays, ce n’est pas en allant se faire souler dans les maquis.
    Les noirs ne doivent jamais oublié là ou ils viennent car c’est pour changer les choses chez nous en Afrique qu’on immigre en Europe ou aux Etats Unis.
    Si ce Sénégalais nétait pas saoul pourquoi resister encore avec l’arrivé d’un agent de BAC?
    Si on aime pas les blancs on ne tente pas de se suicider dans des bateaux qui risque de nous tués lors des traversés car on doit rester chez nous et se battre contre les blancs.
    On peut créer un Boko Harram uniquement pour tuer les blancs en Afrique et on aura beaucoup de partisant.
    Pour exterminer les noir en Amérique les blancs on créer le KUUkli klan et il y avait des millions de partisants pourquoi pas en Afrique.
    La jeunesse peut decider de créer une institution volontariste afin de participer aux dévéloppement de leurs pays par exemple:
    suivre comment l’argent du pays est dépensé, est ce que les gents paient des impots,
    est ce que les sociétés des blancs paient des impots,
    denoncer ausssi nos frères qui refuse de payer des impots;
    denoncer nos frères qui nous empoisonne avec des produits périmé.
    Certe, le noir est facilement corromptible. La jeunesse africain n’est pas toujours reveillé, la jeunesse africain croit que tout ce qui brille c’est de l’or.

  2. J’etais deçu et je suis toujours deçu de la france car depuis qu’ils ont echangé la liberation de serge lazzarevic le journaliste aux assassins touaregs qui souhaitent de diviser le pays notre voisin malien,c’est là que j’ai demissionné à la france et comme c’est les français qui donnent le pouvoir aux dirigeants africains donc même s’ils nous traitent n’importent quoi,nos dirigeants actuels ne peuvent rien dire car eux ils ne regardent leur interêts sans se soucier de leurs peuples.₯Pour finir,les occidentaux ont tué des personnes qui defendaient leur peuple africain comme sekou touré,sankaran,patrice lumumba,kadhafi,etc…

Laissez une réponse

---
!-- Quantcast Tag -->