« Paul Biya est plus dangereux que Boko Haram» , dixit Richard Bona

3

Le week-end dernier s’est produit à l’hôpital  »la Quintinie », de Douala au Cameroun, une scène ahurissante qui a défrayé la chronique sur les réseaux sociaux. une dame nommée Monique, est décédée à même le sol dans le hall de l’hôpital, avec deux bébés dans le ventre, suite à une négligence ou alors une indifférence du corps médical du centre hospitalier.

Publicité
 

Cette situation a révolté les citoyens camerounais à tel point que des acteurs de la société civile camerounaise se sont mobilisés dimanche 13 mars, devant cet hôpital afin de crier halte à l’injustice et demander également la démission du directeur de cet hôpital qui enregistre déjà un nombre incalculable de décès résultant d’un système défaillant. Des médecins souvent mal formés ou inexpérimentés, qui sont sans pitié devant les malades en manque de moyens pour se soigner. Ce fait a également fait couler beaucoup d’encre et de salive du côté de la diaspora camerounaise et des leaders d’opinion.

Publicité

Parmi eux, Richard Bona,un célèbre bassiste camerounais, connu pour son franc parler et sa liberté de pensée. Il a écrit hier sur sa page officielle que : « Paul Biya est dangereux » dangereux même plus que le Boko Haram. Il dénonce la politique du gouvernement où il semble exister une « réincarnation du mal », il se décide alors à « chasser tous ces salauds jusqu’à sa mort ». Cette publication a été accompagnée par une photo sur laquelle était inscrite « Biya Must Go ».

(Visited 1 738 times, 1 visits today)



Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

3 commentaires

  1. Je veut que vous me montre le rapport de Biya à ce problème? Les personnels ont de mauvaise fois.
    Cecile tu parle de français c’est bien ma question à toi c’est de savoir si tu peut écrire un phrase très bien dans ta langue maternelle si tu est Camerounaise.

    • Je ne me livre pas à des polémiques dépourvues d’issues constructives. Toute argumentation pour kel soit prise un temps soit peu au sérieux, doit être préalablement pensée et définie
      Soit je peux dire je t’aime en bassa. Ça vaut tout. Et c’est mon dernier propos ici. Bonne continuité

Laissez une réponse