Rwanda: Paul Kagamé gifle les deux joues à la CPI

1

Cinglant camouflet reçu par la Cour Pénale Internationale (CPI) de la part du président Rwandais, Paul Kagamé.

Pour narguer l’institution de Mme Fatou Bensouda, originaire de la Gambie, Paul Kagamé a bien trouvé les arguments. Sachant bien qu’Omar el-Béchir est dans le viseur de la CPI avec dix chefs d’accusation – cinq chefs de crimes contre l’humanité, deux de crimes de guerre et trois de génocide, il n’a pas hésité à l’inviter pour prendre part au 27ème sommet de l’Union Africaine (UA)

Publicité
 

Selon Paul Kagamé,  Omar El Bechir serait le bienvenu au prochain sommet de l’Union africaine ceci sans aucune inquiétude. Et de justifier son invitation à son homologue poursuivi par la CPI, que, le Rwanda n’est pas signataire du statut de Rome, et donc, pas question pour son pays de  livrer Omar el-Béchir.

« Le Rwanda n’a pas ratifié le statut de Rome, traité fondateur de la CPI, et n’a donc « aucune obligation », ni « aucun droit » d’arrêter M. Béchir » a affirmé la ministre rwandaise des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo lors d’un point presse à Kigali.

La Cour pénale internationale, aurait adressé une lettre à Kigali lui demandant de l’aider à arrêter M. Béchir. Mais Kigali a été limpide « quiconque invité par l’Union africaine et qui sera là, sera bienvenu et sera sous la protection de ce pays ».

Publicité

Que fera la CPI dans ce cas? Attendons de voir la suite.

                                                                                                                                      Yao Junior L.

(Visited 3 673 times, 1 visits today)



Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

Un commentaire

  1. omokasa shongo sur

    que dit la constitution ? de briguer trois mandats ? si non alors qu’ils quitte le pouvoir les autres sont là pour bien diriger le rwanda, pas question de referadum . pourquoi les présidents africains ne respecte pas la constitution ?

Laissez une réponse