Thelma West, la seule femme africaine dans le monde du diamant: PHOTO

0

La nigériane, Thelma West est une perle rare dans le monde du diamant en tant que femme exerçant dans un secteur dominé par les hommes, malgré que le continent soit la principale source de pierres précieuses.

La première de sa famille à travailler dans les diamants, West a été élevée dans une famille juive dans un pays où les Juifs dénombrent moins de 50 000 sur une population d’environ 180 millions.
«Je suis la seule femme juive nigériane dans le commerce, et je ne connais pas d’autres femmes africaines dans le business », a déclaré à l’AFP la jeune femme âgée de 32 ans à son entreprise basée à Londres, alors qu’elle accueillait les clients avec un large sourire et des diamants étincelants sur ses mains et poignets.

La discrétion et la sécurité sont essentielles, avec le bâtiment anonyme gardé par un système d’interphone crypté et une porte blindée, le tout sous le regard de caméras de sécurité de banque.

Publicité

1

«Je voulais devenir ingénieur parce qu’à ce moment-là au Nigeria, vous deviez choisir une carrière solide, comme médecin, avocat, ingénieur, » a t-elle dit à l’AFP.

Mais, comme le dit le dicton, « Diamonds Are Forever » et l’éclat des pierres, qui avait captivé West depuis l’enfance, était un attrait irrésistible.

35ed28c1bd9fca77066797e2736a58f38e1aa202

«Ma mère avait beaucoup de bijoux. Nous étions toujours en train de jouer avec sa boîte à bijoux et elle nettoyait toujours ses bijoux, et je l’aidais ».

West s’est dirigée vers Anvers, capitale du monde de diamant, âgé de 17 ans, malgré qu’elle ne connaissait personne dans la ville belge. Là, elle a été inscrite à l’école Hoge Raad voor Diamant de renommée internationale pour parfaire ses compétences

Après avoir essayé pendant six mois en vain d’obtenir un stage, elle a finalement été prise sous l’aile d’un diamantaire Juif orthodoxe, qui a travaillé avec elle tous les soirs après l’école pendant un an. Elle a ensuite été recrutée par un des plus grands fournisseurs de diamants en Europe basé en Espagne.

tw4

«J’avais 19 ans et j’étais responsable de chaque diamant que la société avait », se souvient-elle.

Faisant équipe avec des amis de l’école de Lagos qui étaient dans la banque d’investissement, West a créé sa propre entreprise à Londres pour le commerce de la pierre précieuse.
pinces métalliques dans la main, West a expliqué les secrets de certains de son stock.

Publicité

Les diamants ont le feu « , a déclaré West. « Cette pierre est trop plate, mais elle a beaucoup de vie en elle, elle a été coupé il y a environ 100 ans », dit-elle en montrant une petite pierre. « Celle ci coûte un peu plus de £ 100.000 (141.000 $, 126.000 euros), elle a une couleur faible, mais elle a été coupée parfaitement de sorte qu’elle reflète la lumière d’une façon incroyable ».

Moins de 50 clients, dont 12 sont des investisseurs, ont accès à la connaissance de West.
«Je peux trouver un diamant et les appeler et dire«nous devons acheter ce diamant, faites-moi confiance ‘et ils me suivent», dit-elle.

Sa base de clientèle multinationale – introduite de bouche à oreille – comprend la Suisse, les Russes, les Ghanéens, des Nigérians et « une poignée de Français ». Aidé par une équipe de 10-femmes, West crée tous les produits de son entreprise, qui viennent avec une garantie à vie. Sa création la plus ambitieuse était un collier sur mesure d’une valeur d’environ 2 millions de dollars.

Elle prévoit d’ouvrir un atelier au Nigeria, « où je vais former les filles dans l’art de la fabrication de bijoux ».

Elle dit qu’elle crée «un outil révolutionnaire » qui aidera les gens dans son entreprise. « Cet outil devra faire partie de tous les concessionnaires de diamant et chaque magasin », conclut-elle.




Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

Laissez une réponse