Togo: Le gouvernement s’insurge contre les taxis réadaptés pour fonctionner à base de gaz butane

0

Des  taxis réadaptés pour fonctionner à base de gaz de butane à la place de l’essence ou du gasoil deviennent nombreux dans la circulation à Lomé. Le gouvernement veut mettre fin à cette pratique qui n’est pas sans conséquence.

C’est devenu la mode chez plusieurs chauffeurs de taxi à Lomé. Alors que leur engin  fonctionne à base de l’essence ou du gasoil, certains ont eu l’ingénieuse idée d’adapter leur voiture pour les faire fonctionner à base de gaz butane. C’est une pratique très en vogue au Ghana pays frontalier avec le Togo.

Publicité
 

L’argument que développent  les conducteurs de taxi pour justifier la pratique est d’ordre économique et bénéfique. Seulement, ils oublient qu’à côté des avantages, il y a aussi les conséquences.

C’est pour prévenir les conséquences que le gouvernement a sorti un communiqué visant à déconseiller aux automobilistes l’utilisation du gaz butane pour faire fonctionner leurs voitures et a annoncé des contrôles.

Selon le communiqué, cette pratique de faire fonctionner son taxi à base de gaz butane est une opération dangereuse pour la survie des conducteurs, des passagers mais aussi leur environnement immédiat.

« L’usage de gaz butane par ces véhicules se révèlent particulièrement dangereux pour les usagers que pour les tiers en ce qu’ils les exposent à de potentiels explosions et incendies », dit le communiqué.

Cet avertissement du gouvernement n’a guère inquiété leurs utilisateurs. Un tour dans certaines stations-services, il nous a été donné de constater que, de nombreux taxis continuent l’utilisation des gaz butane.

Quelques chauffeurs interrogés sur la sortie des ministres, la réaction est nette. Des conducteurs de taxi ne sont pas prêts à abandonner la pratique.

« Nous ne comprenons pas nos autorités. Allez au Ghana, tous les taxis utilisent le gaz butane. C’est rentable et ils s’en sortent bien. Chez nous, on nous coince, le citoyen n’a pas de liberté de choix. Nous sommes dans quel pays », s’insurge  Rémy, un conducteur de taxi.

Publicité

Selon lui, « abandonner cette pratique », sonne très loin dans ses oreilles.

« Depuis que j’ai commencé l’utilisation de gaz butane avec ma voiture, j’arrive à épargner un peu. Mais avant, ce n’était pas possible. Vouloir  l’interdire, c’est nous provoquer », indique de son côté, John dans une colère noire.

Yao Junior L.

(Visited 1 067 times, 1 visits today)



Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

Laissez une réponse