Un Kenyan condamné à 200 ans de prison pour avoir tué ses 4 enfants : PHOTO

1

Un homme de 40 ans dans le comté de Kisii, au Kenya, a été condamné le lundi 29 Février, à 200 ans de prison pour avoir tué ses 4 enfants. Le juge Joseph Karanja a soutenu après la sentence que MISATI va purger sa peine en même temps, c’est à dire 50 ans pour chacun des quatre chefs d’assassinat, pour lesquels il avait été accusé.

Selon lStandard Digital News, l’affaire a été transférée au tribunal depuis 2013, lorsque MISATI a été accusé d’avoir tué ses quatre enfants, Toto, 3 ans, Brian, 9 ans, Ontoyo, 7 ans et Naomi Mogutu, 5 ans.

Publicité
 

Lukas MISATI a commis le crime en dehors de leur maison, dans la nuit du 10 Novembre, 2012 à la suite d’une querelle avec sa femme, Helen Kemunto (photo ci-dessous)
Dans son affidavit, Kemunto a dit à la cour que son mari est rentré dans la nuit de ce jour fatidique, l’a réveillée et a dit qu’il voulait qu’ils se déplacent. Elle a refusé et MISATI l’a attaqué avec un couteau. Kemunto s’est échappé avec des blessures et a réussi à obtenir un traitement dans un hôpital voisin.
« Je suis parvenue à m’échapper et je suis allée faire un traitement à Kisii Hospital Level Five », dit  l’affidavit.

0

Mais en rentrant chez elle, elle a trouvé que ses enfants avaient disparus.
« Je pensais qu’ils s’étaient rendus dans une autre maison. Mon mari a appelé notre propriétaire et lui a dit de me dire d’aller prendre mes enfants dans un buisson à proximité. Cependant, l’un des enfants était mort à la porte, tandis que les trois autres corps étaient à proximité dans les herbe touffues ».

Publicité

Une autopsie effectuée sur les corps a révélé que les décès ont été causés par strangulation. MISATI était en fuite pendant un an avant d’être attrapé par la police le 21 Novembre 2013. Après sa condamnation, MISATI a raconté que tout est arrivé si vite et n’était pas en mesure de dire ce qui est arrivé ce soir-là.

(Visited 7 614 times, 1 visits today)



Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

Un commentaire

Laissez une réponse