Voici comment Sankara traitait les femmes (opinion)

0

Dans la plupart des pays d’Afrique noire après les indépendances, régnait le système du parti unique, dans lequel les présidents avaient tendance à se transformer en dictateurs. En père, en  »dieu » sur terre, en celui à qui tout le pays appartient, disposant du droit de vie ou de mort sur tous ses sujets.

De nombreux scandales ont été déjà révélés, présentant les dérives de tout type de plusieurs anciens chefs d’Etats. Des scandales liés aux meurtres froids, aux viols des femmes, à leurs séquestrations. Le cas le plus probant à été celui de Mobutu qui allait jusqu’à coucher avec les femmes de ses ministres.

Publicité

Parmi ces chefs d’Etats africains dans les années 80, on a connu Thomas Sankara, qui avait plutôt une vision assez neuve et visionnaire de la femme. Il avait la mission de faire du Burkina un pays libéré et autonome. La femme devait donc y jouer un rôle primordial. Il encourageait les femmes à occuper des postes de responsabilités dans la société.

Pour Sankara, le développement véritablement endogène devait reposer sur un certain nombre de principes, parmi lesquels:

– la nécessité de compter d’abord sur ses propres forces ;
– la participation des masses aux politiques destinées à changer leurs conditions de vie ;
– l’émancipation des femmes et leur implication dans le processus de développement;
– l’utilisation de l’Etat comme instrument de transformation économique et sociale.

Publicité

Comme le stipule le troisième principe, Il était un promoteur de l’éducation de la jeune fille. Sankara a donc lutté pour l’émancipation sociale et traditionnelle de la femme. Car il avait compris que le Burkina ne pouvait se libérer que si les hommes étaient libres, et ceux ci ne pouvaient l’être qu’en libérant la femme.

« On ne peut transformer la société en maintenant la domination et la discrimination à l’égard des femmes qui sont plus de la moitié de la société… Notre révolution, durant les trois ans et demi, a œuvré à l’élimination progressives des pratiques dévalorisantes de la femme…Aussi celle-ci doit-elle s’engager davantage à produire et consommer burkinabé, en s’affirmant toujours comme agent économique de premier plan… Ensemble, nous devons toujours veiller à l’accès de la femme au travail. Ce travail émancipateur et libérateur qui garantira à la femme l’indépendance économique, un plus grand rôle social et une connaissance plus juste et plus complète du monde ». Come pour dire sans risque de nous tromper que Feu Sankara était très en avance par rapport à ses pairs africains et même par rapport à certains dirigeants occidentaux et institutions internationales, de son époque.




Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

Laissez une réponse