Divers

Afrique du Sud: Premières greffes mondiales d’os de l’oreille moyenne fabriqués en 3D

Le professeur Mashudu Tshifularo et son équipe de l’Université de Pretoria en Afrique du Sud ont réussi des greffes de petits os de l’oreille moyenne fabriqués grâce à l’impression 3D. Le professeur Tshifularo, chef du département d’oto-rhino-laryngologie à Tuks, était le cerveau derrière la procédure chirurgicale révolutionnaire.

C’est une première mondiale. Une équipe médicale sud-africaine a annoncé avoir procédé à des greffes de petits os de l’oreille moyenne fabriqués grâce à l’impression 3D. Cette procédure chirurgicale “pourrait être la réponse à la perte auditive de transmission, un problème de l’oreille moyenne qui peut être causé par des anomalies congénitales, une infection, un traumatisme ou une maladie du métabolisme”, s’est réjouie l’université de Pretoria dans un communiqué obtenu jeudi.

Publicité

The Citizen a déclaré que la procédure est une solution à long terme à la surdité de transmission. Pour rendre la chose encore plus impressionnante, l’opération peut être pratiquée sur tout le monde, des adultes aux bébés. La chirurgie a été effectuée à l’hôpital universitaire Steve Biko mercredi.

Selon les rapports, Thabo Moshiliwa, 40 ans, a été le premier patient au monde à recevoir l’os de l’oreille moyenne imprimé en 3D. Il a été rapporté que l’opération sur Moshiliwa avait duré une heure et demie car un traumatisme à l’oreille avait compliqué l’opération. Cependant, il a été révélé que l’opération était en fait un succès.

Le deuxième patient, Simon Bohale, âgé de 62 ans, a une oreille moyenne sous-développée. Son métier de soudeur a également contribué à sa perte auditive et à son aggravation en 1983.
Il a déclaré: «Je suis excité. J’ai déjà subi deux interventions chirurgicales auparavant, mais ça n’a pas été correct à 100%. Je suis impatient d’entendre les gens quand ils me parlent. »

Le professeur Tshifularo, parlant de sa procédure, a expliqué qu’il passait un scanner avant de recréer l’os. Il a ajouté que l’idée est de créer la même “taille de la position, de la forme, du poids et de la longueur de l’os”. Le professeur Tshifularo a ajouté que l’implant fonctionnait de la même manière qu’un remplacement de la hanche – procédure qu’il considérait comme son inspiration.

“En remplaçant seulement les osselets qui ne fonctionnent pas correctement, la procédure présente moins de risque que les prothèses connues jusqu’à présent”, a souligné le Pr Tshifularo.

Publicité 2

Le professeur Tuks a révélé qu’ils utilisaient du titane pour cette procédure, car elle est biocompatible. Selon le professeur Tshifularo, ils ont choisi l’hôpital public parce qu’ils voulaient aider les patients et ont opté pour une méthode endoscopique: la procédure est relativement rapide et peu effrayante. Cette procédure devrait également être abordable, ce qui est une bonne nouvelle.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page