Abidjan: Pour éviter la honte, une femme de 42 ans fait emprisonner son amant de 19 ans

2

Une dame de 42 ans, gérante d’une agence de transfert d’argent a fait jeter en prison son amant de 19 ans pour sauver la face. Selon les témoins des faits, c’est au quartier PK 18 d’Abobo à Abidjan qu’une dame vivait une aventure amoureuse avec un jeune homme de 19 ans en classe de terminale. Mais, il y a plus d’une semaine cette relation a pris une autre tournure.

En effet, cela faisait neuf mois que le couple vivait l’idylle. L’élève dépensait son énergie pour satisfaire les désirs de sa dulcinée qui a l’âge de sa mère. En retour, ce dernier était comblé financièrement. Les deux partenaires tiraient profit de cette relation jusqu’au jour où une histoire de jalousie va mettre en péril ce couple atypique.

Publicité

Les témoins racontent que le garçon s’est rendu compte que sa relation avec sa bien-aimée était menacée par la présence d’un rival, adulte, propriétaire d’une école. Une nouvelle qui n’a pas été du goût de l’étalon. Pour ce faire, il débarque un jour en compagnie de son ami de 21 ans en année de Bts chez sa ’’femme‘’ au travail.

L’élève très remonté, rentre seul dans le bureau de la dame. Peu de temps après, s’en suivent des cris qui ont interpellé le jeune resté dehors. Le compagnon s’introduit dans l’agence pour savoir ce qui s’y passe. C’est avec étonnement qu’il découvre son camarade pratiquement en tenue d’Adam en présence de la femme dénudée pratiquement. Les badauds accourent.

Pour sauver la face, la gérante pousse des cris ‘’aux voleurs, aux microbes’’. Les badauds arrêtent les deux amis qui sont remis aux éléments du Centre de coordination des décisions opérationnelles (Ccdo). Ainsi, ces jeunes ont comparu devant le tribunal pénal d’Abidjan Plateau jeudi passé pour répondre des faits de tentative de vol en réunion. Après avoir écouté la ‘’victime’’, c’est sans pitié que les juges ont rendu leur verdict.

Publicité

Source : Le Sursaut




Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

2 commentaires

Laissez une réponse