Burkina Faso : découvrez à quel niveau se trouve l’affaire Thomas Sankara

12

Depuis l’ouverture et l’expertise de sa tombe supposée, fin mai, aucun résultat n’a été annoncé par les autorités de transition. Où en est l’enquête sur l’assassinat de l’ancien président Thomas Sankara ?
Voilà maintenant près de quatre mois que l’exhumation du corps présumé de Thomas Sankara a eu lieu. C’était en fin mai que trois experts burkinabè et français, sur ordre du juge d’instruction militaire François Yaméogo, avaient procédé à l’ouverture des tombes supposés de l’ex-président et de ses douzes camarades assassinés le 15 Octobre 1987.
Depuis lors, ils avaient procédé aux analyses des tests ADN et balistiques pour que toute la lumière soit faite sur cette affaire, qui pendant 27 ans avait été étouffée par le régime de Blaise Compaoré.
Envoyés en France dans les laboratoires de la police scientifique de marseille, les échantillons prélevés dans les sépultures de Dagnoën n’ont toujours pas livré leur mystère. En temps normal, les analyses ADN réalisés sur des matériaux « frais » (salive, sang…) ne prennent que quelques jours, voire quelques semaines.
Reste que les experts sont ici confrontés à un cas très particulier. Dans la tombe présumée de Thomas Sankara, les relevés ADN ont été prélevés sur des ossements enfouis sous terre depuis près de trois décennies. D’après une source proche de l’enquête, ils sont dégradés et en faible quantité, ce qui rend leur étude lente et délicate.
Dans la famille de Thomas Sankara, dont plusieurs membres ont effectués des tests ADN pour constituer une base de comparaison, l’attente commence à se faire sentir. « Je me pose des questions, mais je me dis aussi que cela est un long travail, qui demande du temps », confie ainsi Mariam Sankara
D’après nos informations, huit personnes ont déjà été inculpées dans cette affaire. Parmi elles, quatre militaires ont été mis aux arrêts et placés sous mandat de dépôt pour leur participation présumée à l’assassinat de Thomas Sankara. Ils seraient actuellement détenus à la Maison d’arrêt et de correction de l’armée (Maca), à Ouagadougou.

Publicité
 
Publicité
(Visited 397 times, 1 visits today)



Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

12 commentaires

  1. Il faille que l’on sache réellement ce qui s’est passé sur la mort de ce digne homme politique d’Afrique et surtout qui a mis le Burkina en lumière

Laissez une réponse