Côte d’Ivoire: Enquête sur la grosse fortune du président Houphouët-Boigny

0

Aujourd’hui 07 décembre 2015, cela fait exactement 22 ans que  le président Houphouët-Boigny a été arraché à l’affection des siens. Du premier président de la Côte d’Ivoire, on retient les actions de paix, de dialogue, mais également de prospérité.  La fortune de l’ancien président ivoirien a beaucoup suscité  de convoitises.

N’avait-il pas pour habitude de dire que le succès de la Côte d’Ivoire reposait sur l’agriculture? N’était il pas un grand planteur. Oui, la fortune du premier président ivoirien, Houphouët-Boigny  provenait de la filière café-cacao. « L’or brun » de la Côte d’Ivoire. C’est grâce à ces matières premières agricoles que le président Houphouët-Boigny, propriétaire de plantations, s’est bâti une immense fortune.

Publicité

Au soir de sa vie, l’estimation de la fortune du « vieux » comme l’avait surnommé les Ivoiriens se situe entre sept et onze milliards de dollars.  Le président ivoirien avait également investi dans l’immobilier, en France.

 » On ne connaît même pas exactement le nombre d’appartements qu’il a acheté pour ses enfants, pour des parents. Ça s’est étendu tout autour de l’ambassade de Côte d’Ivoire, avenue Raymond Poincaré, ils ont racheté tous les immeubles autour, des hôtels particuliers. Il allait beaucoup à Marne la Coquette où il avait acheté dix-sept villas. Il était quasiment l’un des principaux propriétaires de l’immobilier parisien. C’était vraiment impressionnant !  » explique le spécialiste des affaires africaines, Antoine Glaser.
La gestionnaire d’un empire immobilier
A partir des années 80, c’est une Française, Dominique Folloroux, qui gère ce patrimoine colossal, tout comme celui du président gabonais, Omar Bongo. Dominique Folloroux dirige une agence immobilière : l’AICI, implantée en France et en Afrique. Sa gestion intrigue un ancien conseiller du président Gbagbo : Bernard Houdin qui dit avoir retrouvé la trace d’étranges virements effectués depuis un compte UBS d’Houphouët-Boigny :

 »Il y a à peu près l’équivalent de 24 millions de francs français qui sont transférés entre le compte d’Houphouët-Boigny et le compte de Madame Folloroux, à l’époque. Sur des comptes qui sont ou à Sanary, en France, ou à Monaco, ou directement à Genève, à la Société des banques suisses. Si ça correspond à la rémunération de ses activités de gestionnaire des comptes du patrimoine d’Houphouët-Boigny, pourquoi ça atterrit sur son compte personnel et pas celui de l’entreprise qui gère ? » 

Au début des années 90, Dominique Folloroux, épouse Alassane Ouattara, l’actuel président ivoirien.

Publicité

Lobbying à droite comme à gauche
L’influente femme d’affaires, Dominique Ouattara, est donc devenue aujourd’hui la « Première dame » de Côte d’Ivoire. Et elle n’est pas pour rien dans l’ascension de son mari. Elle a notamment effectué un intense lobbying auprès des partis politiques français, à droite comme à gauche. Au PS, le député François Loncle en a été le témoin :

 »Elle a visé les deux personnes qu’il fallait, à l’époque, à gauche c’est-à-dire : Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius. Je me suis rendu compte que les deux hommes, à cette époque, étaient « ouattaristes », si j’ose dire. Elle a un savoir-faire lobbyiste qui est absolument remarquable. Elle les a convaincus que l’homme d’avenir, en Côte d’ivoire, c’était Alassane Ouattara. »

Contacté, le responsable de la communication de Dominique Ouattara a refusé de répondre à nos questions.




Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

Laissez une réponse