« Je veux qu’il sache que je pense à lui » : Message d’une rescapée de Chibok, qui réclame toujours son époux membre de Boko Haram

2

Amina Ali faisait partie des 276 jeunes lycéennes que la secte Boko haram avait kidnappées en avril 2014.  C’est seulement en mai 2016, qu’elle a pu s’échapper du groupe terroriste, faisant d’elle la première rescapée de la secte. Elle s’était évadée avec son nourrisson de 4 mois pour être plus tard retrouvée dans la forêt de Sambisa.

Aujourd’hui son mari qui est soupçonné d’être un combattant de Boko Haram a été mis en examen.

Publicité

Amina Ali a récemment accordé une interview à nos confrères de Reuters, dans laquelle, la jeune rescapée déclare que son mari nommé Mohammed Hayatu, lui manque. « Je veux qu’il sache que je pense toujours à lui. Ce n’est pas parce que nous sommes séparés que je ne pense pas à lui », explique Amina Ali. Plus loin, elle avoue vouloir retourner chez elle car, depuis qu’elle a été retrouvée, elle vit cachée avec son enfant dans une résidence à Abuja.

A-t-elle toujours envie de reprendre l’école ? Amina répond : « Je n’ai pas encore décidé si je retournerais à l’école ». Pour sa mère, sa fille aurait peur de l’école et voudrait se procurer une machine à coudre pour confectionner et vendre de vêtements.

Tout récemment la maman d’Amina avait même déclaré à la BBC, que l’époux de sa fille Mohammed Hayatu n’est pas un extrémiste mais un mécanicien. Elle affirme qu’il a rejoint le groupe islamique contre sa volonté car il a aussi été enlevé.

Quant à ses amies filles toujours détenues par Boko Haram, voici le message de la première rescapée: « Je pense beaucoup à elles, de la même manière que Dieu m’a sauvé, il va aussi les sauver. ».




Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

2 commentaires

Laissez une réponse