Il viole sa fille durant 10 ans : Et se défend en disant « je faisais son éducation sexuelle »

0

Un père a abusé de sa fille pendant onze ans. Elle avait 5 ans la première fois : « Je voulais lui apprendre à éviter les pervers sexuels »… s’est il défendu sur le banc des victimes. En pleurs à la barre du tribunal de Chartres situé à quatre-vingt-dix kilomètres de Paris, il se confond en excuses : « Je ne réalisais pas ce que je faisais. ».

Selon lechorepublicain, Jusqu’en 2011, elle n’avait jamais envisagé de porter plainte contre son père. Mais quand elle s’est aperçue que son traumatisme était à l’origine de sa rupture avec son compagnon, elle a décidé de briser la loi du silence. La jeune femme a aujourd’hui 29 ans.

Publicité
 

Dans un premier temps, elle a révélé à sa mère les attouchements que son père lui a fait subir, de ses 5 ans à ses 15 ans, alors que la mère était absente. Elle ne s’attendait certainement pas à la réponse. « Ce qui est fait est fait », lui assure sa mère, l’air de dire « mets ton mouchoir par-dessus et oublie ».

En 2014, elle porte plainte contre son père, pour agressions sexuelles. Dans un courrier qu’il lui adresse, le sexagénaire lui fait part de ses regrets. Il assure la comprendre, mais il lui demande aussi de réaliser le séisme que ses révélations vont provoquer dans la famille.

Placé en garde à vue, il reconnaît. Avec cependant des arguments étonnants. « Je voulais faire son éducation sexuelle. Je voulais lui apprendre à éviter les pervers sexuels. » Son épouse, elle, est toujours à ses côtés et le soutient dans son combat judiciaire contre leur propre fille. Leur fille qui a décidé de couper les ponts avec eux depuis trois ans.

« C’est la première fois que je la revois », balbutie le père de famille : « J’ai compris le mal que je lui ai fait. » « Après onze ans d’attouchements sexuels sur sa fille, il est temps qu’il comprenne », s’emporte Me Alice Poisson, l’avocate de la jeune femme : « C’est un dossier éloquent d’atrocités ».

Publicité

L’avocate est d’autant plus inquiète, que l’expert-psychiatre a dressé un portrait plutôt sombre du père de famille. « Pervers, égocentré et manipulateur. » Il est grand-père d’une petite-fille du même âge que sa propre fille lorsqu’il lui a imposé les premiers attouchements : « Il faut la protéger. »

L’homme est condamné à cinq ans de prison, dont trois ans ferme. Une peine qui n’est pas aménageable et qu’il devra exécuter en prison.

(Visited 4 331 times, 1 visits today)



Latest Posts

Partager.

Commentaires

Commentaires

Laissez une réponse