AfriquePolitique

Gambie: Adama Barrow change de langage…Voici ce qu’il dit à Jammeh!

Adama Barrow revient-il à de meilleurs sentiments? Ou s’agit-il d’une stratégie pour faire le saupoudrage? En tout cas, sa sortie a surpris plus d’un car, l’on sait que si Yahya Jammeh a refusé de reconaitre la victoire de son opposant, c’est parce que le président élu  avait fait une sortie médiatique qui a mis le feu au poudre. Il a menacé le sortant à travers un audit de sa gestion, alors que la cérémonie de prestation de serment n’a pas encore eu lieu.

Gambie: Adama Barrow change de langage...Voici ce qu’il dit à Jammeh!

Peut-être qu’il a compris finalement qu’il ne faut pas montrer le bâton avec lequel on veut  tuer une bête. L’opposant a finalement admis ses erreurs et adopte désormais un langage d’apaisement.

Publicité

Halifa Sallah, porte-parole de la coalition de l’opposition qui a soutenu M Barrow à la présidentielle, affirme que ”le président gambien sortant aura la garantie du pouvoir élu concernant sa sécurité.”

A la tête de la Gambie depuis 22 ans, Yahya Jammeh a perdu le 1er décembre dernier au terme de la présidentielle. Il a même félicité son opposant mais 10 jours après, revirement de situation, il est revenu sur sa parole et a contesté sa défaite.

Selon Halifa Sallah, “la coalition et le président élu Adama Barrow n’ont jamais rien indiqué qui puisse être considéré comme une menace contre le président sortant, et c’est ce que la Cédéao voulait que la coalition clarifie, afin que les négociations pour un transfert pacifique du pouvoir puissent se poursuivre”, a expliqué M. Sallah.

“Le président Barrow a dit qu’il allait traiter le président sortant Yahya Jammeh comme un ancien Chef d’Etat et le solliciterait pour des conseils après son départ du pouvoir”, fait savoir le porte-parole.

Gambie: Adama Barrow change de langage...Voici ce qu’il dit à Jammeh!

L’organisation ouest-africaine qui presse le président battu de quitter le pouvoir, a demandé si le prochain pouvoir envisageait de poursuivre Yahya Jammeh.” Il n’y a aucune indication de menace ou de nécessité de menace (de poursuites) contre le président sortant Yahya Jammeh”, a déclaré Halifa Sallah, porte-parole de la coalition de l’opposition.

Lors du sommet annuel de la Cédeao tenu au Nigeria, les Chefs d’Etats qui avaient menacé de prendre l’option militaire, ont aussi changé de discours. A l’issue de la rencontre, l’organisation a redemandé à Yahya Jammeh de reconnaître sa défaite et de ne pas compromettre un transfert pacifique du pouvoir à Adama Barrow. Ils ont à cet effet, décidé de “garantir la sécurité et la protection” du futur président gambien  et de se rendre à Banjul pour son investiture le 19 janvier.

«En cas d’échec de la “diplomatie préventive”, la Cédéao pourrait prendre “des décisions plus draconiennes”, avait déclaré à la veille du sommet le président de la Commission de l’organisation, Marcel Alain de Souza, sur les ondes de  RFI, qualifiant l’option militaire de “solution envisageable”

Au niveau de l’opposition, l’on est conscient. Et c’est ce qu’explique Halifa Salla. “Chaque Gambien, y compris Yahya Jammeh, a droit à la liberté de mouvement, y compris celle de se déplacer n’importe où en Gambie et celle de quitter le pays”

“La future administration entend “faire reculer l’impunité en établissant un système judiciaire qui sera respecté par tous les Gambiens” et sera reconnu comme le système idoine “même par ceux qui ont commis des injustices”.

Publicité 2


Le revirement de Jammeh a poussé l’ONU à réclamer un transfert pacifique du pouvoir en Gambie, comme la France mardi par la voix de son président François Hollande.

Pour Hollande, les résultats de la présidentielle gambienne “sont incontestables”, et M. Barrow “doit être installé le plus vite possible”

“Il y a eu certainement des crimes” en Gambie, avait indiqué M. Macky Sall sur France 24, mais “si nous ne privilégions pas une solution négociée, évidemment le coût à payer pourrait être beaucoup plus important”, avait-il prévenu.

Yao Junior L

Tags

Articles similaires

8 commentaires

  1. L’afrique doit etre consciente de ce qu’elle fait, l’histoire ratrape tout un chancun, jameh a peur ,car toute vie a peur de repression, jameh doit quiter avec le respect de l’art, helas barow ne peut pas gouverner, c’est un heineux.

  2. Moi a sa place je ferai la meme chosse Adama barow il est tros con pour de la politic bien yahya jammeh a deux choix la presidence A vie ou la prison A vie

  3. au lieu de dire la vérité a YAYA Vous êtes en train de le mettre en difficulté à moins que vous ne soyez pas des combattants prêts à mourir à ses cotés.Dites lui de céder la place s’il veut ne pas se retrouver dans la merde.D’habitude les contestations électorales se faisaient du coté de l’opposition mais jamais du coté du pouvoir.c’est du jamais vu.on ne peut pas diriger à vie.il faut croire a la volonté divine afin de quitter le pouvoir dans la dignité.IL faut du respect au peuple gambien qui a bien choisi son homme.

  4. Ne mangez pas votre piment dans la bouche de JAMMEH. Qu’il quitte le pouvoir s’il veut vivre dans la LIBERTE et la DIGNITE,sinon ces blancs,a aux seul suffisent jammeh sans meme l’intervention de cdeao.

  5. On est dans quelle planète les gars ? vous qui prenez la défense de JAMMHE soyez sérieux. vous croyez que ce que vous avancez est recevable pour qu’il reste au pouvoir. Yaya n’a qu’à assumer ses crimes et céder le pouvoir à celui qui l’a démocratiquement battu. Même si l’équipe de Barro ne le poursuit pas il sera traduit en justice par les parents des victimes. Une chose est claire s’il ne céde pas le pouvoir le plus rapidement possible il n’a qu’à signer son traité de mort.

  6. YAHYA JAMMEH doit partir qu’il a perdu les élections? Lorsque les premiers résultats on été proclamés a -t-il eu besoin d’une quelconque pression pour qu’il accepte le verdict 3t même féliciter cet apprenti politicien et marionnette de Barrow?même lorsque ce dernier a commencé à brandir des menaces de poursuites JAMMEH n’a pas réagi jusqu’au moment où la commission électorale rend compte elle – même des erreurs qu’elle aurait commise réduisant ainsi l’écart entre Barrow et Jammeh. Vous trouvez que c’est sérieux tout ça? La manipulation de l’occident qui n’a jamais pardonné à Jammeh ses prises de position est trop visible. Jammeh ne doit plus céder le pouvoir qu’au terme d’autres élections libres et transparentes. Vive Jammeh et vive l’Afrique libre

  7. Nous aimons l’Afrique, donc nous avons besoin des dirigeants comme Djameh pas des gens comme Barrow qui utilise la demofrapafrique l’arme fatale de la colonisation du 21 ème siècle pour bien contrôler le monde.

  8. Je remerci le president Yahya jammeh je le supporte avec les encouragement du courage son successeur ne merite pas d etre chef chef d un pays car on ne peut pas etre chef avec les idee comme
    Ca nous avons besoin des grand par COMPORTEMENT trop tard nous somme des mauvais eleves

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer