DiversSociété
A la Une

Afrique du Sud: une fillette de 2 ans violée dans un centre d’isolement de coronavirus

Une fillette de deux ans aurait été violée alors qu’elle se trouvait dans un centre d’isolement de COVID-19 dans un hôpital en Afrique du Sud.

La police locale a confirmé qu’elle enquêtait sur les circonstances entourant un viol présumé d’un enfant à l’hôpital universitaire Dr George Mukhari de Pretoria.

Publicité

La publication d’information en ligne sud-africaine News24 a déclaré qu’une affaire de viol avait été ouverte et qu’il était affirmé que «la fille a été agressé sexuellement alors qu’elle était isolée à l’hôpital».

 La tante de l’enfant a déclaré à l’Agence africaine de presse (ANA) que l’enfant avait été mise en isolement alors qu’elle luttait pour respirer et devait subir un test de dépistage du COVID-19.  La mère aurait ensuite été renvoyée chez elle pendant que l’enfant restait isolée.

Elle aurait été appelée plus tard dans la soirée car la fillette de deux ans pleurait sans arrêt. Lorsqu’elles sont revenues voir l’enfant, la tante prétend que la petite fille n’était pas elle-même, pleurait et avait du mal à marcher.

Racontant l’épreuve, la tante a déclaré à News24 : “la mère et l’enfant ont été référées à l’hôpital George Mukhari par la clinique KT Motubatse de Soshanguve le 15 juin”.

« Les infirmières de la clinique ont déclaré que l’enfant ayant du mal à respirer, elle devrait être emmenée à l’hôpital George Mukhari pour subir un test de dépistage du coronavirus. »

« L’hôpital a appelé le soir et a dit à la mère que l’enfant pleurait et souffrait.  Plus tard, ils ont appelé vers 23 heures et ont dit que l’enfant dormait maintenant.  Le personnel de l’hôpital a appelé de nouveau le matin et a dit à ma sœur de venir chercher son enfant parce qu’elle avait été libérée. L’hôpital a déclaré que l’enfant avait un résultat négatif au Covid-19. »

 «J’ai vu qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas avec l’enfant. Alors que la mère changeait de couche, elle a découvert du liquide blanc sur ses parties intimes. »

“Au début, elle pensait qu’il s’agissait de médicaments car l’enfant avait été hospitalisé. Mais le lendemain, ce même liquide blanchâtre sortait toujours ”, a déclaré la tante aux médias locaux.

La fillette a été ramenée à l’hôpital où une infirmière aurait confirmé qu’il y avait une indication que l’enfant avait été violée dans le centre d’isolement.

Publicité 2

Le porte-parole de la police provinciale, le brigadier Mathapelo Peters, a déclaré à News24 qu’une enquête sur un cas de viol avait été ouvert.

Un porte-parole du ministère de la Santé du Gauteng a déclaré que l’hôpital menait également sa propre enquête.

Ils sont également en contact constant avec la famille de l’enfant, selon le rapport.

Tags

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Un commentaire

  1. Les motards de la région locale de gandajika ne respectent pas les décisions prisent par la hierarchie De transporter une personne sur la moto. Selon eux, ils chérchent l’argent journalier de leur patron. Mais où allons-nous avec cette désobeissance ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer