Inspiration

Olurotimi Badero : seul médecin au monde à devenir à la fois cardiologue et néphrologue

Olurotimi Badero âgé de 47 ans, a appris très tôt à établir son propre standard. Même s’il a été remarquablement brillant à l’école en grandissant, son père lui a inculqué le besoin d’être exceptionnel dans tous les domaines.

Cela aurait motivé Olutotimi Badero à pratiquer la médecine, même face aux doutes de ses collègues, tout en faisant une différence.

Né à Lagos, au Nigeria, et vivant actuellement aux États-Unis, Olutotimi Badero est aujourd’hui le seul médecin au monde à avoir suivi une formation complète en cardiologie et en néphrologie. En d’autres termes, il est la première et la seule personne au monde à devenir à la fois cardiologue et néphrologue.

Publicité

Récemment nommé parmi les meilleurs cardiologues interventionnels aux États-Unis, le génie nigérian détient actuellement des certifications dans six spécialités différentes en médecine.

« Lors de ma formation, je me suis spécialisé en médecine interne, médecine cardiovasculaire, cardiologie invasive et interventionnelle, néphrologie et hypertension, néphrologie et médecine endovasculaire interventionnelle, cardiologie nucléaire ainsi qu’en interventions vasculaires périphériques. Avec toute ces spécialisations, j’aimerais me considérer comme un cardio-néphrologue interventionniste ainsi qu’un interventionniste vasculaire périphérique », a récemment confié Badero à Financial Nigeria.

Le voyage de cet homme de 47 ans dans le monde de la médecine a commencé au Nigeria à l’Université d’Ife (aujourd’hui Obafemi Awolowo University), dans l’État d’Osun.

Après avoir terminé ses études de premier cycle à l’Université d’Ife, il s’est inscrit au programme médical de l’école et a obtenu son diplôme en 1997. Il s’est ensuite rendu aux États-Unis pour étudier à l’Université d’État de New York, où il a suivi une formation spécialisée en médecine interne en 2004.

Deux ans plus tard, il obtient son diplôme de spécialité en néphrologie à l’Université Emory d’Atlanta. Mais lorsqu’il a commencé à traiter des patients dans ce domaine, il s’est rendu compte qu’il voulait faire plus que cela.

« Alors que je suivais ma formation à l’école de médecine de l’Université Emory en tant que spécialiste des reins… J’ai rapidement découvert que les maladies cardiaques sont la première cause de décès chez les patients et non les maladies rénales. Et nous faisions un excellent travail en prenant soin de ces patients, mais en fin de compte, ils sont morts d’une maladie dont je n’avais pas le contrôle comme j’aurais aimé le faire. C’était un défi que j’ai dû relever en tant que personne dont l’objectif d’être médecin était de faire une différence. Je me suis rendu compte qu’il m’était très difficile de faire cette différence, même si nous prenions soin des patients et qu’ils vivaient plus longtemps.

Cela m’a donc permis de décider si je voulais explorer des moyens pour devenir plus efficace. J’ai commencé à jongler avec l’idée de me spécialiser à nouveau en cardiologie parce que je voulais vraiment toucher le fond du problème », a-t-il déclaré.

Ainsi, Badero est retourné à SUNY pour obtenir son diplôme de spécialité en cardiologie en 2009. Trois ans plus tard, il a été admis à l’Université de Yale, où il s’est spécialisé en cardiologie interventionnelle, médecine vasculaire périphérique et convention vasculaire périphérique.

Avec ces qualifications, Badero est devenu l’un des cardiologues interventionnels les plus célèbres aux États-Unis. Ce domaine compte moins d’Afro-américains et de Noirs.

Ses réalisations ont également attiré l’attention de nombreuses organisations médicales, dont l’Association des cardiologues noirs, qui a décerné à Badero un prix d’excellence en cardiologie en 2008.

Le cardio-néphrologue, qui fait actuellement partie du comité de rédaction d’International Journal of Nephrology & Renovascular Disease, a également été nommé l’un des meilleurs chirurgiens de Jackson, Mississippi.

Après sa formation de 2001 à 2010, il avait accepté un poste de cardiologue interventionnel au Central Mississippi Medical Center (CMMC) en 2011. Il y a pratiqué la première angioplastie coronarienne radiale de l’histoire de la CMMC et a traité des patients néphrologiques pendant deux ans sans rémunération supplémentaire, selon Rising Africa.

La même année, il a fait un fellowship d’un an en néphrologie interventionnelle et en dialyse avant de former Cardiac, Renal & Vascular Associates en 2013. Aujourd’hui, Badero est le directeur général de Cardiac, Renal & Vascular Associates, le directeur médical du St. Joseph Hospice et membre du comité consultatif mondial des experts thérapeutiques sur la thrombose et l’athérosclérose, Merck Pharmaceuticals U.S.A.

Publicité 2


Badero n’oubliera jamais à quel point c’était difficile lorsqu’il a déménagé pour la première fois aux États-Unis et qu’il a décidé de faire de la médecine. Devant la nécessité de survivre, il a dû se joindre à l’entreprise de conduite de taxi de son oncle en tant que chauffeur.

« Je conduisais le taxi le jour et je me préparais pour mes examens la nuit. Je n’avais pas d’argent pour acheter des livres, mais j’utilisais la bibliothèque. Je me souviens d’une époque où je n’avais mangé que du pain pendant 3 jours.

C’était dur, je voulais quitter l’Amérique, mais je me suis dit : Quoi qu’il arrive, je vais passer cet examen. Je n’avais pas les moyens de m’offrir des cours de rattrapage, et il s’agissait d’un examen en trois parties que les gens échouent régulièrement et qu’ils doivent normalement reprendre plusieurs fois. Le taux d’échec à cet examen était alors d’environ 90% », a-t-il révélé.

Badero a persévéré et aujourd’hui, il utilise ses compétences exceptionnelles pour améliorer la vie dans sa communauté.

« J’ai appris très tôt dans ma vie qu’un but sans plan n’est qu’un souhait et qu’il n’y a pas de témoignage sans épreuves. Le seul moment où le succès précède le travail est dans le dictionnaire. J’ai aussi appris de mon père la valeur du travail acharné, de la persévérance et de ne pas laisser les moments vous définir, mais de définir le moment en relevant le défi ».

Crédit photo : facetofaceafrica

Tags

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer