Afrique
A la Une

Andry Rajoelina: le problème du Covid-Organics, c’est qu’il vient d’Afrique »

Le président malgache, Andry Rajoelina n’est pas prêt d’abandonner son remède covid-Organics, sensé prévenir et guérir le coronavirus. Sur France 24, il a craché ses vérités aux détracteurs de son produit.

Publicité

La polémique suscitée par le remède malgache contre le coronavirus bat son plein. Dans un entretien accordé à France 24, Andry Rajoelina a défendu le Covid-Organic mis en oeuvre par son pays pour combattre le coronavirus. Très critiqué par l’OMS, et de nombreux pays du monde, le président de Madagascar pense qu’il s’agit d’un complot. Pour lui, tous ces agissements n’auraient pas eu lieu, si un pays occidental était à l’origine de cette initiative.

“ Si c’était un pays européen qui avait découvert ce remède, est-ce qu’il y aurait autant de doutes ? Je ne pense pas […] Le problème c’est que cela vient d’Afrique. Et on ne peut pas accepter qu’un pays comme Madagascar, qui est le 163e pays le plus pauvre du monde, ait mis en place cette formule pour sauver le monde”, a-t-il déclaré à France Média Monde (RFI et France 24, ndlr).

Poursuivant, Andry Rajoelina a réitéré les prouesses du Covid-Organics qui est selon lui,  » un remède préventif et curatif contre le Covid-19, qui fonctionne très bien”. La preuve “à Madagascar, nous avons eu 171 cas, dont 105 guéris”, a-t-il justifié. Toujours selon le leader de la Grande île, son remède améliore l’état de santé des patients « en 24 heures seulement après la première prise. La guérison a été constatée après sept jours, voire dix jours. Ce remède est naturel, non toxique et non invasif”.

Hartman N'CHO

Je suis Hartman N'CHO, journaliste professionnel ivoirien, aimant la lecture, la musique, les voyages. Merci de retrouver mes articles de politique, économie, et sports... sur www.afrikmag.com. Contactez-moi sur hartman.ncho@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page