AfriqueSociété

Angola : funérailles de Jonas Savimbi, 17 ans après sa mort

Des milliers de sympathisants de l’ancien chef rebelle angolais, Jonas Savimbi, étaient réunis samedi en Angola pour les obsèques publiques de leur chef charismatique et controversé, Jonas Savimbi, mort au combat en 2002.

Vêtus de t-shirts blancs à l’effigie de Savimbi, les partisans ont posé son cercueil sur un monument hexagonal conçu par l’un des fils du chef de la guérilla dans le village natal de Savimbi, à Lopitanga. Il a ensuite été enterré conformément à ses souhaits.

Angola : funérailles de Jonas Savimbi, 17 ans après sa mort

La cérémonie a été présentée comme un symbole de réconciliation nationale après des décennies de guerre.

Savimbi, surnommé le «coq noir», est décédé en février 2002 lors d’un affrontement avec l’armée dans le centre de l’Angola. Les soldats l’y ont enterré et ses funérailles publiques et sa réinhumation ont eu lieu après de longues négociations entre les autorités angolaises et l’UNITA de Savimbi, désormais parti de l’opposition.

“Ce moment aurait dû se produire il y a 17 ans », a déclaré à l’AFP Raul Danda, vice-président de l’UNITA. Un portrait du chef rebelle, charismatique mais qui divise, a été placé devant le cercueil, orné du drapeau vert et rouge de l’UNITA.

Angola : funérailles de Jonas Savimbi, 17 ans après sa mort

“Nous sommes venus à Lopitanga pour rendre hommage et confirmer que nous sommes ici pour continuer votre combat», a déclaré le chef de l’UNITA, Isaias Samakuva.

“Nous nous prosternons devant le défenseur des causes nobles », a-t-il déclaré.

L’Angola, une ancienne colonie portugaise, est devenue un champ de bataille de la Guerre froide après l’indépendance en 1975, lorsque le Mouvement populaire marxiste-léniniste pour la libération de l’Angola (MPLA) en a pris le contrôle. Les États-Unis se sont rangés derrière les rebelles de l’UNITA (Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola) de Savimbi et l’ancienne Union soviétique et ses alliés comme Cuba ont soutenu le MPLA.


Angola : funérailles de Jonas Savimbi, 17 ans après sa mort

Au moins un demi-million de personnes sont mortes dans le conflit au profit de ce vaste pays riche en pétrole de l’Afrique australe, qui a joué pendant plus d’un quart de siècle. Au début de 2002, des soldats ont poursuivi Savimbi, âgé de 67 ans, dans la province de Moxico, dans le centre-est de l’Angola. Le 22 février, ils l’ont rattrapé. Il a riposté mais a rapidement été tué.

 

Son corps a été transporté à la capitale de la province, Luena, et a été enterré à la hâte dans un cimetière, avec une croix de fer sur la motte de terre rouge. Les obsèques publiques sont «un signe important de réconciliation nationale», a déclaré Raphaël, l’un des 30 enfants de Savimbi. Mais aucun représentant du gouvernement angolais n’a assisté à la cérémonie de samedi.I

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
error: Le contenu est protégé !!