Culture & LoisirsUSA

RAP/USA : 50 CENT convoqué par la justice américaine, la raison!

Le rappeur américain 50 Cent, comparaissait récemment devant les tribunaux américains pour avoir publié des photos sur son compte Instagram, où il montre des photos étant assis avec un nombre important des billets de banque.

Publicité

Sur le plan juridique, cette attitude n’a rien de répréhensible. Mais le plus surprenant c’est que l’intéressé prétend être insolvable depuis des années afin de ne pas s’acquitter des 7 millions de dollars de dommages-intérêts pour une obscure histoire de sextape.

Pourtant en juillet 2015, le rappeur américain avait surpris le monde entier en déclarant qu’il était en faillite. Malgré cela, il n’a jamais cessé de poster les photos où il est entouré de liasses des billets de banque. Cette contradiction a attiré l’attention de la justice américaine qui l’a convoqué.

Interrogé par le juge Ann Nevins sur l’origine de ces billets de banque, le rappeur a expliqué qu’il s’agissait en réalité de fausses coupures. A cette réponse, l’avocat de 50 cent a ajouté que c’est juste une façon d’inspirer son public et maintenir son image d’artiste. « Les rappeurs aiment mettre en scène des billets verts, des bijoux ou encore d’autres choses sur les réseaux sociaux. » déclare l’avocat.

Le rappeur 50 cent a visiblement pris sa convocation avec moins de considération. Dans son compte Instagram il a écrit « Pour une raison que j’ignore, les gens m’aiment. Je me suis rendu au tribunal aujourd’hui et je n’ai reçu que de l’amour. On m’a interrogé sur mon argent et j’ai répondu que j’en avais plus. »

Tags

Oscar Mbena

Bonjour, je suis Oscar MBENA. Je vous invite à lire mes articles sur l'actualité politique, les faits de société, le sport, la santé et la culture.   oscarborel@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer