Burkina Faso
A la Une

Burkina Faso : mauvaise nouvelle pour les familles des mineurs piégés dans une mine depuis un mois

Les secouristes n’ont trouvé aucun survivant dans une chambre de refuge située au plus profond d’une mine de zinc inondée au Burkina Faso, ont déclaré mardi le gouvernement et le propriétaire de la mine, réduisant ainsi à néant l’espoir que huit mineurs disparus puissent encore être en vie après un mois.

La mine de Perkoa, propriété de la société canadienne Trevali Mining Corp (TV.TO) et située à environ 120 km à l’ouest de la capitale Ouagadougou, a été submergée le 16 avril après que des pluies torrentielles soient tombées de manière inattendue.

Au cours d’une opération de recherche et de sauvetage qui a duré un mois, il y a eu un faible espoir que les hommes disparus aient pu atteindre la chambre de refuge, qui est approvisionnée en nourriture et en eau et située à environ 570 mètres sous terre.

« Les équipes de secours ont ouvert la chambre de refuge, malheureusement elle est vide », a déclaré le service d’information du gouvernement dans un communiqué publié sur les médias sociaux.

M. Trevali a déclaré que la chambre de refuge avait été retrouvée intacte et qu’il était désormais clair qu’aucun des huit travailleurs disparus ne l’avait atteinte.

« C’est une nouvelle dévastatrice, et nous tenons à offrir nos plus sincères condoléances aux familles et aux amis de nos collègues en cette période difficile », a déclaré Ricus Grimbeek, président et directeur général de Trevali, dans un communiqué.

LIRE AUSSI: Burkina Faso : les familles des mineurs piégés dans une mine depuis 3 semaines s’expriment

« Nous allons poursuivre nos efforts de recherche sans relâche et réaffirmer notre engagement à travailler pour retrouver nos collègues. »

La compagnie et le gouvernement ont lancé des enquêtes sur les causes de la catastrophe. Le Premier ministre a déclaré le 2 mai que les responsables de la mine avaient été interdits de quitter le pays.


La mine de Perkoa se compose d’une fosse à ciel ouvert avec des puits et des galeries souterraines en dessous. La plupart des travailleurs qui s’y trouvaient au moment de la crue soudaine ont pu s’échapper, mais les huit disparus se trouvaient à plus de 520 mètres sous terre.

Six des hommes disparus sont des ressortissants du Burkina Faso, un est originaire de Tanzanie et un de Zambie.

Crédit photo : africanews

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page