AfriqueCameroun

Cameroun: 400 civils tués dans les régions anglophones- Amnesty International

Environ 400 civils ont été tués depuis un an dans le cadre d’attaques de plus en plus violentes entre des groupes séparatistes armés et les forces de sécurité dans les régions anglophones du Cameroun, rapporte Amnesty International.

Selon l’Ong, 160 membres des forces de sécurité ont été abattus par les séparatistes armés réclamant l’indépendance des régions francophones du Cameroun. Depuis un an, jusqu’à 400 citoyens ont été tués par les forces de sécurité et les séparatistes armés. Des experts médicolégaux d’Amnesty International ont authentifié deux vidéos, reçues en fin de semaine dernière. Dans la première, une personne se présente comme étant un séparatiste. Sur cette même vidéo, on peut voir la tête d’un gendarme décapité.

Dans la seconde, qui serait la suite de la première séquence, on entend une voix affirmant que les séparatistes armés se sont emparés du fusil du gendarme décapité, que les experts ont identifié comme étant un AK chinois de type 56, un modèle très répandu dans la région. Amnesty International n’est pas encore en mesure de confirmer de manière indépendante le lieu exact où les vidéos ont été tournées.

Des combattants séparatistes ont lancé des attaques contre un groupe de soldats dans la ville de Buea, au sud-ouest du Cameroun. en septembre, a déclaré Amnesty International.

Des témoins ont déclaré avoir entendu des coups de feu dans la nuit de l’incident.

« Les « attaques brutales » contre des civils et les forces de sécurité sont la preuve de « la terrible escalade de la violence » dans les provinces anglophones instables du Cameroun », a déclaré Amnesty International.

«La situation dans les régions anglophones du Cameroun est de plus en plus désespérée et nul ne peut épargner la violence qui échappe à tout contrôle», a déclaré Samira Daoud, directrice adjointe d’Amnesty International pour l’Afrique centrale et occidentale, dans un communiqué.

Les habitants des deux provinces anglophones du Cameroun, qui représentent 20% de la population du pays, ont depuis longtemps des griefs à l’encontre du gouvernement central, majoritairement francophone.

Ils se disent marginalisés par les systèmes éducatifs et juridiques du pays, dominés par la France, et remontant à l’ère post-coloniale du Cameroun.


Mais la tension s’est aggravée l’année dernière, après que les manifestations dans les régions anglophones soient devenues violentes, certaines appelant à la sécession.

Le gouvernement camerounais a été accusé d’avoir utilisé ses forces armées pour réprimer des séparatistes armés et tuer des anglophones.

Les combattants sécessionnistes sont également accusés d’avoir enlevé et tué des soldats et des civils.

«La violence ne fera qu’alimenter d’autres incidents, crimes et souffrances indicibles. Le gouvernement doit agir immédiatement pour tenter de rétablir la paix dans les régions anglophones « , a déclaré Daoud.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page