DiversSociété

Canada: un Ghanéen jette des seaux d’urine et des excréments humains sur des personnes

La police de Toronto au Canada a confirmé l’arrestation d’un homme de 23 ans, identifié comme étant Samuel Opoku, pour avoir jeté des seaux d’urine et des excréments humains sur des personnes à trois reprises.

Le dernier incident s’est produit lundi aux environs de minuit. Une femme était sa victime, selon Toronto Sun. La police a déclaré que le suspect avait été arrêté mardi, 26 novembre.

Publicité

Opoku est accusé de cinq chefs d’agression avec une arme et d’atteinte à la propriété. L’accusé doit comparaître devant le tribunal de l’ancien hôtel de ville, le motif des attaques fécales demeurant un mystère.

« La police de Toronto aimerait informer le public d’une arrestation dans le cadre d’une enquête sur une agression armée et d’autres attaques», a déclaré Const. Alex Li dans un communiqué.

La première des deux attaques a eu lieu vendredi aux alentours de 17 heures, dans une bibliothèque de l’Université de Toronto.

« Un homme est entré dans la bibliothèque de recherche John P. Robarts située au 130, rue St. George et a agressé une femme et une jeune personne et a jeté le contenu d’un seau, ce qui a été décrit comme une matière fécale liquéfiée», a déclaré Li.

Les enquêteurs pensent que le même homme est entré dans la Scott Library de l’Université York, 4700 Keele St., à peu près à la même heure dimanche et a de nouveau jeté un seau de matières fécales liquéfiées sur une femme et un homme.

Tard dans la nuit de lundi, le même homme aurait pris contact avec une femme et jeté un seau de matières fécales liquéfiées sur elle. Les policiers ont publié les images d’un suspect et ont exhorté quiconque possédant des informations sur son identité à se manifester.

« Nous devons atteindre cette personne», a déclaré Const. Victor Kwong avant l’arrestation. “Si c’est criminel ou s’il s’agit d’une situation de santé mentale, nous allons le vérifier aussi.”

Publicité 2

Kwong a déclaré que le seau utilisé lors de l’attaque de lundi soir avait été largué sur les lieux et récupéré par la police. “Nous ne savons pas ce que cette personne fait et où elle obtient ce contenu”, a déclaré Kwong.

Il a ajouté que la police avait enquêté sur des incidents similaires dans le passé. “Et c’était plus lié à un problème de santé mentale”, a déclaré Kwong.

Felicia Essan

Salut !! Je suis Felicia Essan. Retrouvez mes articles sur les actualités Showbiz, potins africains et d'ailleurs, les faits divers, confidences, les astuces beauté. Je suis une amoureuse de la lecture, de tout ce qui touche à la féminité. Je suis également grande passionnée de multimédia. feliciaessan@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page