MondeSociété
A la Une

Climat : La planète a connu une décennie de chaleur exceptionnelle (OMM)

L’organisation météorologique mondiale (OMM), a prévenu le mardi 3 décembre 2019, que l’année en cours marque la fin d’une décennie de chaleur exceptionnelle, de recul des glaces et d’élévation record du niveau de la mer à l’échelle du globe, en raison des gaz à effet de serre produits par les activités humaines.

Au deuxième jour de la Conférence des Nations Unies sur le climat (COP25) qui se déroule à Madrid, l’OMM a déclaré face à la presse qu’« il est presque certain que les températures moyennes pour la période de cinq ans (2015–2019) et la période de dix ans (2010–2019) seront les plus élevées jamais enregistrées ».

Publicité

« Tout semble indiquer que 2019 sera au deuxième ou troisième rang des années les plus chaudes jamais enregistrées », a souligné l’organisation.

La température moyenne mondiale en 2019 (de janvier à octobre) était supérieure d’environ 1,1 degré Celsius à celle de la période préindustrielle.

Les concentrations de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère ont atteint un niveau record de 407,8 parties par million (ppm) en 2018. Elles ont continué d’augmenter en 2019. Le CO2 perdure dans l’atmosphère pendant des siècles et dans l’océan encore plus longtemps, perpétuant ainsi le changement climatique.

Selon l’OMM, l’élévation du niveau de la mer s’est accélérée depuis le début des mesures par satellite en 1993 en raison de la fonte des calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique.

Si nous n’agissons pas d’urgence pour le climat, nous nous dirigeons vers une hausse de la température de plus de 3 degrés Celsius d’ici à la fin du siècle – Petteri Taalas, Secrétaire général de l’OMM.

L’océan, qui sert de tampon en absorbant la chaleur et le dioxyde de carbone, paie un lourd tribut. Son contenu thermique a atteint des niveaux record et les vagues de chaleur marines se multiplient. L’acidité de l’eau de mer a augmenté de 26% par rapport au début de l’ère industrielle, et des écosystèmes marins vitaux se dégradent.

Publicité 2


En septembre 2019, l’étendue minimale quotidienne de la banquise arctique figurait au deuxième rang des étendues minimales les plus basses enregistrées par satellite et, en octobre, de nouveaux records ont été établis. Dans l’Antarctique, à plusieurs reprises en 2019, des minima record ont été enregistrés pour certains mois.

Plus de 10 millions de nouveaux déplacements internes ont été enregistrés entre janvier et juin 2019, dont 7 millions ont été déclenchés par des catastrophes naturelles telles que le cyclone Idai en Afrique du Sud-Est, le cyclone Fani en Asie du Sud, l’ouragan Dorian dans les Caraïbes, ainsi que les inondations en Iran, aux Philippines et en Éthiopie, qui ont exacerbé les besoins en matière d’aide humanitaire et de protection.

Tags

SANDRA KOHET

Je suis Sandra KOHET, Web Rédactrice à AfrikMag. Passionnée de Lecture, Cuisine et voyage. sandrakohet@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Afrikmag TV

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer