Coronavirus

Coronavirus: la prochaine pandémie pourrait mettre fin au monde selon Bill Gates

La pandémie du coronavirus a donné à l’humanité l’occasion de se préparer aux futures pandémies, en particulier celles qui pourraient déstabiliser la société – des préparatifs qui selon Bill Gates coûteraient un milliard de dollars par an.

S’exprimant lors du sommet Time 100 mardi, il a appelé le monde à créer une équipe mondiale de quelque 3 000 experts en maladies infectieuses pour aider tous les pays à améliorer leurs réponses aux épidémies et donner aux scientifiques locaux les moyens de signaler les épidémies.

Il a appelé cette équipe « Global Epidemic Response and Mobilization », qui serait gérée par l’Organisation mondiale de la santé, selon le magazine Time. L’une des principales responsabilités de cette équipe serait d’organiser des exercices d’alerte pour les pays afin de vérifier leur degré de préparation.

LIRE AUSSI: Bill Gates annonce une nouvelle pandémie

M. Gates a déclaré que la prochaine pandémie pourrait avoir un taux de mortalité beaucoup plus élevé et mettre fin à la société.

« La probabilité d’une autre pandémie dans les 20 prochaines années, qu’elle soit naturelle ou intentionnelle, est de plus de 50. »

L’équipe GERM est une idée qu’il défend et dont il parle dans son nouveau livre, « How to Prevent the Next Pandemic », publié en avril.

« Vous ne pouvez pas faire grand-chose si vous n’agissez pas rapidement », a-t-il déclaré mardi. « Les pandémies sont un problème mondial, et si un pays ne fait pas sa part en se préparant à les détecter et à les contenir, alors c’est un problème pour tous les autres pays. »

Le GERM devrait « vraiment assumer la responsabilité » d’une « douzaine de pays » aux capacités limitées, a ajouté M. Gates.

L’homme d’affaires a également énuméré certaines des mesures que les experts de la santé du monde entier préconisent depuis le début de la pandémie : amélioration des technologies de santé telles que les vaccins et les traitements, mise en place de systèmes de santé et meilleure surveillance des maladies dans le monde.


Il a estimé que tout cela coûterait environ un milliard de dollars par an, mais a qualifié cette dépense de minime par rapport au bilan qu’une pandémie comme celle du coronavirus pourrait infliger au monde.

« Nous avons perdu plus de 14 000 milliards de dollars jusqu’à présent pour cette pandémie, et il y aurait des avantages, même dans les années non pandémiques, à examiner les épidémies, à les contenir d’une bien meilleure manière », a-t-il déclaré.

« Je dois dire qu’au vu du bilan de cette pandémie, 20 millions de personnes sont mortes dans le monde, un million aux États-Unis, et le nombre de décès aurait pu être bien plus élevé. Nous avons juste eu la chance que le taux de mortalité par cas soit de 0,2 %. »

Crédit photo : nccrea

Gaelle Kamdem

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport. paulegaelle@afrikmag.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page