À la UneCôte d'IvoireJusticePolitique

Côte d’Ivoire-Exclusif/ L’avocate d’Amadé Ouérémi avoue: « Il y a bel et bien eu génocide à Duékoué »

L’avocate du rebelle burkinabè Amadé Ouérémi a fait un plaidoyer unique lors de la fin du procès de ce dernier à Abidjan. Poursuivi pour meurtres de masse, Amadé Ouérémi risque la prison à vie. Son avocate qui reconnait un « génocide » revient sur un procès qui ne permet pas encore de connaitre les commanditaires des tueries des Guéré les 28 et 29 mars 2011 à Duékoué, dans l’ouest ivoirien.

L’avocat d’Amadé Ouérémi, le supplétif des rebelles ivoiriens qui ont commis des tueries de masses dans la ville de Duékoué, a reconnu qu’une extermination ethnique de masse et ciblée a eu lieu les 28 et 29 mars 2011.

Publicité

« Il y a bel et bien eu génocide à Duékoué. J’en suis désolée. Toutes les victimes qui ont défilé ici en ont marre, elles pleurent. Toutes ces victimes ont besoin de justice« , a reconnu l’avocate Me Rosine Aka.

Cependant, elle a plaidé afin que « les responsables de la rébellion et les commanditaires tapis dans l’ombre » soient dénichés. Parce que selon elle, un génocide est « le fait de multitudes de personnes », Amadé Ouérémi, son client, n’ayant pas pu commettre seul toutes ces atrocités alléguées.

Pour Me Rosine Aka, « Cette affaire doit être traitée à la racine, pour connaître les tenants et les aboutissants« . L’avocate veut comprendre comment Amadé Ouérémi qui était un mécanicien de vélo et ensuite agriculteur, va devenir un seigneur de guerre.

Elle explique donc que « Dans cette rébellion armée avec des armes lourdes, il sera approché par des chefs de guerre qui l’ont rassuré, l’ont mis en confiance. Il s’est associé à une armée de rebelles qui s’est installée dans l’Ouest de la Côte d’Ivoire ».

Comment Amadé Ouérémi a eu « des tenues militaires et des armes, alors qu’il n’était pas militaire, à l’origine », questionne l’avocate. Présentant une photo lors de l’audience, elle a demandé que faisait le chef rebelle Losséni Fofana avec Amadé Ouérémi à l’époque.

Publicité 2

« Dans ces photos que voici, que fait Amadé en tenue militaire aux côtés du commandant Losséni Fofana dit Loss ? Où a-t-il eu ses éléments militaires ? Où a-t-il eu ses armes. A-t-on montré des reçus de paiement de ces armes ? Amadé et ses prétendus hommes avaient des armes plus fortes que celles de l’armée de Côte d’Ivoire« , s’interroge Maitre Rosine Aka.

L’avocate Amadé Ouérémi a plaidé enfin des circonstances atténuantes pour son client, qui a été « trompé et instrumentalisé ». Pour elle, sa religion est faite: « Amadé était bel et bien un élément de l’armée de Côte d’Ivoire. Amadé Ouérémi recevait bel et bien des ordres, des instructions ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page